Les indignés de France

Forum des Indignés de France


    Inadmissible

    Partagez

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible

    Message par Tiersi le Jeu 11 Sep - 8:02

    1 - Inadmissible est de laisser les SDF survivre comme des animaux sans tanière.

    2 - Inadmissible est le chômage de toute personne.

    3 - Inadmissible est la misère, alors que certains ont beaucoup trop.

    4 - Inadmissible est le gaspillage des ressources non renouvelables de la terre.

    5 - Inadmissible est la pollution, rendant invivable note planète.

    6 - Inadmissibles sont les incivismes et autres atteintes au vivre ensemble non sanctionnés, leurs répétitions.

    7 - Inadmissible est la dégradation scolaire.

    8 - Inadmissible est la violence non sanctionnée, les récidives, à plus forte raison.

    9 - Inadmissibles sont les excès calamiteux de la finance.

    10 - Inadmissible est tout communautarisme d’origine étrangère, diviseur du pays, préparant de futures guerres civiles.

    11 - Inadmissible est d’introduire des mœurs archaïques, obscurantistes, inspirées de l’étranger.

    12 - Inadmissible est d’autoriser des coutumes alimentaires reposant sur de la barbarie envers les animaux, d’autoriser des prières isolant le travailleur de ses collègues, qui créent une fracture entre les Français, préparant de futures guerres civiles.

    13 - Inadmissible est de rendre les femmes inférieures aux hommes.

    14 - Inadmissible est d’ensevelir les femmes sous des bâches coercitives.

    15 - Inadmissible est d’exercer la violence contre les homosexuels.

    16 - Inadmissible est de laisser circuler des Européens arriérés, étrangers à la France, venant piller nos contrées, faisant fuir les touristes, pratiquant la traite des êtres humains.

    17 - Inadmissible est l’afflux d’immigrés indésirables, communautaristes, inassimilables, envahissants perturbateurs sociétaux, cause de futures guerres civiles.

    18 - Inadmissible est d’afficher ostentatoirement sa religion, préparant de futures guerres civiles.

    19 - Inadmissible est une religion qui tue des hommes au nom de Dieu.

    20 - Inadmissible est toute action terroriste contre nos compatriotes, début de guerre civile.

    21 - Inadmissible est de soutenir activement un conflit lointain qui ne regarde pas la France.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 1

    Message par Tiersi le Ven 12 Sep - 13:23

    1 - Inadmissible est de laisser les SDF survivre comme des animaux sans tanière.
    Que faire?

    SYAPA (système anti-paupérisme)
    Définir tout ce qui est nécessaire permettant de résoudre ce problème, sur un petit territoire donné.
    Oublier les normes administratives qui bloquent l’assistance vitale. Avant de sauver un être humain, on ne remplit pas un formulaire.
    Quel que soit le problème, il faut: des personnes capables, de l’argent (un peu), du matériel.
    Le travail des personnes capables est un «équivalent d’impôt». Pour les «subordonnés», il s’agit aussi d’un «équivalent d’impôt». Quand le «subordonné» est un exclu, il touche une rétribution (remplacement d’allocation).
    Les contribuables qui ne font pas le «travail civique» versent en argent la part d’impôt destinée à supprimer la misère.
    Les entreprises fournissent des produits ou des services quand ceux-ci sont utiles aux exclus. Sinon, les entreprises versent en argent la part d’impôt destiné à supprimer la misère.

    Centre anti-misère
    Le directeur de chaque «centre anti-misère» du «système anti-paupérisme» a seulement une obligation de résultat: tous les SDF doivent sans attendre bénéficier d’un logement personnel, avec une clé personnelle. Ne serait-ce qu’une cellule de moine, au début. Afin d’éradiquer la misère le plus économiquement possible, sa liberté est entière: aménagement de locaux désaffectés, réfection de bâtiments anciens, constructions neuves, assemblage de bungalows, groupement de mobil-homes neufs ou d’occasion, équipement et empilage de containers habitables, transformation d’abris de jardin, etc. Avant de respecter la réglementation administrative outrancièrement pointilleuse, on offre immédiatement un toit à toute personne qui en est privée. Sans limite de temps.

    Etapes
    Dans une phase ultérieure, on étudie l’amélioration des logis pour les exclus. L’utilisation des «logements de secours» (simplissimes) doivent être temporaires.
    Quand il s’agit d’une famille, les enfants doivent disposer d’un endroit calme pour faire leurs devoirs tranquillement.
    Plus la nation compte d’enfants bien instruits, plus forte elle est.
    Une famille bien notée aura accès aux logements d’exclus des quartiers convenables.

    Améliorations
    Dès que tous les exclus disposent d’un logement personnel, l’«organisme anti-pauvreté» s’attelle à l’amélioration de leur habitat: rénovation d’appartements dans des quartiers convenables, construction d’immeubles en zone moins excentrée…

    Retraités
    Avec le «système anti-paupérisme», les retraités pourvus d’une bonne éducation, conservant leurs capacités physiques et mentales, grâce au «travail civique» équivalent d’impôt, restent longtemps utiles au pays. Ils aident les jeunes à se former. Ils leur transmettent des connaissances dans bien des domaines… Pensons à ces chefs d’entreprise capables de diriger les hommes vers des objectifs enthousiasmants, à ces cadres expérimentés qui, la retraite venue, n’ont plus l’opportunité de mettre leur compétence au service de la collectivité. Pensons à ces artisans, ces ouvriers, ces techniciens, etc., qui perdent leur savoir professionnel, dont pourtant la société française a encore besoin…

    Augmentation du pouvoir d’achat
    Avec le «système anti-paupérisme», pour les salariés du secteur commercial, le «travail civique» équivalent d’impôt se transforme en majoration du pouvoir d’achat (somme d’argent non déboursée comme impôt dont dispose alors le contribuable), telles des heures supplémentaires. Même chose pour les fonctionnaires.

    Aucun financement d’Etat
    Le «système anti-paupérisme» ne nécessite aucun financement d’Etat. Il ne comprend aucun poste de fonctionnaire. Pas de personnel surnuméraire, pas d’emplois dus au népotisme. Toutes les tâches prennent la forme de «travail civique» équivalent d’impôt. Aucune dépense inutile: aucune voiture(s) de fonction, pas de chauffeurs salariés, pas de logements de fonction, aucun local luxueux, aucun local non indispensable, nul besoin de publicité ni de communication, aucune publication de prestige, pas de réceptions fastueuses, pas de colloques inutiles, pas de défraiements généreux…

    Humanisme en pratique
    Grâce au «système anti-paupérisme», plus aucun être humain ne peut traîner dans les rues, sans toit, sans nourriture, sans chauffage l’hiver, en proie à la misère extrême.

    Prophylaxie
    Quand tous les habitants du pays sont assurés de bénéficier d’un logement décent, nombre de maux physiques et sociaux disparaissent.
    Disparition de l’épouvante d’être jeté à la rue, qui rend malade. Ou qui rend fou.
    La population pauvre, en meilleure santé, coûte moins chère à la collectivité.
    La propagation de certaines maladies infectieuses dans toutes les couches de la société, dues à des conditions déplorables, se dissipent. Exemples: tuberculose, saturnisme par la peinture au plomb, parasites…
    Finalement, en plus d’une justice morale respectée, dans cette affaire, tout le monde y gagne.

    Démence
    Une collectivité qui abandonne les personnes démentes à la rue est une collectivité malade. Une collectivité qui subit, le jour, divers dérèglements sociétaux. La nuit, c’est pire. Des désordres qui pourrissent la vie de l’«honnête homme».
    L’homme nanti devrait pourtant comprendre qu’une grande partie de sa tranquillité d’esprit repose sur le calme d’esprit de ceux qui, aux alentours, l’ont dérangé.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 2

    Message par Tiersi le Sam 13 Sep - 8:21

    2 - Inadmissible est le chômage de toute personne.
    Que faire?

    Exclusion
    Le chômage persistant d’un homme se transforme en mort sociale. Aux yeux de tous, il n’est plus utile à la collectivité. Pour son moral et sa morale, tout individu a besoin d’être intégré dans la société. Sans travail, l’homme se trouve éjecté de la société. C’est alors la porte ouverte à tous les désordres. Implicitement, l’exclu sans activité pour la collectivité ressent d’une manière consciente ou inconsciente qu’il est une bouche inutile, un poids mort. D’ailleurs, pour la majorité des actifs, le travail forme une facette importante de leur identité. Dire ce que l’on fait c’est dire ce que l’on est. L’exclu sans travail n’«est» pas.

    Travail civique
    Avec le «système anti-paupérisme», l’individu, dans l’attente d’un travail classique, se voit rémunéré pour une tâche primordiale: supprimer la misère. En accomplissant cette activité indispensable à une démocratie réellement humaine, l’ex-chômeur retrouve sa dignité: il acquiert une place valorisante dans la société.
    Le «travail civique» s’avère un équivalent fiscal qui concerne tous les individus, y compris les exclus. La population entière (et non partielle comme aujourd’hui) supporte les frais occasionnés par cet objectif prioritaire. Si tous les habitants participent à l’éradication du paupérisme, la charge supportée par chacun est forcément allégée.

    Rémunération conditionnelle
    Les pauvres ont droit à une rémunération remplaçant les allocations actuelles. Rémunération conditionnelle: faire le «travail civique», avec ponctualité, correctement… Chaque sanction financière, chaque privation d’avantages pécuniaires est légitime. L’individu peut l’éviter s’il corrige son mauvais comportement. Observons que la suppression du salaire civique de l’exclu ne le prive en rien, lui et sa famille ayant toujours de quoi vivre décemment, grâce aux fournitures indispensables du SYAPA.
    Le «travail civique» du «système anti-paupérisme» et du «système anti-désordre» apprend ou rapprend à l’exclu désocialisé une discipline de vie: respect des horaires, attention soutenue, self-control…
    Avec le «système anti-désordre», les bons comportements de l’habitant (jeune comme adulte) d’un quartier sensible, qu’enregistrent le «système anti-paupérisme» et le «système anti-désordre», favorisent son embauche par les employeurs du secteur commercial.

    Emplois sans qualification
    Les emplois sans qualification du secteur économique classique sont nécessaires aux individus non formés, peu instruits, illettrés… De tels emplois manquent cruellement. Ces emplois, aujourd’hui mal payés, deviendraient «vivables» grâce à l’appoint des aides fournies par le «système anti-paupérisme».
    Le nombre des emplois peu rentables pour les entreprises, dont la faible rémunération se verrait compensée par l’aide du «système anti-paupérisme», pourrait augmenter: travaux agricoles, travaux de manœuvres, coup de main aux clients, présence sécurisante… La France devient alors compétitive internationalement. Les délocalisations cessent. On relocalise.

    Enseignement professionnel
    L’enseignement professionnel des exclus est pratiqué par des gens de métier (à la retraite, en activité, au chômage) sous la forme de «travail civique» équivalent d’impôt: particularité du «système anti-paupérisme» et du «système anti-désordre».
    Cet enseignement peut se faire en groupe ou par cours particuliers, pour les apprentis incultes. Une telle formation sur le tas concerne de nombreux métiers: maçonnerie, électricité, plomberie, peinture, menuiserie, cuisine, comptabilité, secrétariat, mécanique auto, etc.

    Jeunes
    Le «travail civique» pour les jeunes est une sorte de scoutisme laïque. On leur apprend nombre de notions nécessaires à la vie du bon citoyen: cours de rattrapage scolaire pour les enfants d’exclus, instruction civique par le biais de certaines stipulations du «système anti-désordre», histoire, géographie, démocratie, régime républicain, laïcité, faits religieux (monothéisme, polythéisme, animisme, chamanisme…), etc. On leur apprend les rudiments de différentes professions. On les prépare à une existence indépendante: comment coudre et raccommoder (2 sexes), repasser le linge, cuisiner, faire du bricolage domestique, entretenir et réparer un véhicule, jardiner, etc. La jeunesse dès lors «occupée» a moins de temps pour s’approprier les halls d’immeuble, traîner dans les rues, faire des «bêtises»…

    Employable
    Les connaissances professionnelles acquises grâce au travail civique du «système anti-paupérisme» et celles additionnelles acquises grâce au «système anti-désordre» augmentent les possibilités d’embauche de l’exclu dans le secteur commercial.

    Economique
    Grâce au «système anti-paupérisme» et au «système anti-désordre», l’Etat ne paye pas l’enseignement professionnel destiné aux exclus: beaucoup d’économies.

    Double économie
    Dans le «système anti-paupérisme», l’enseignement professionnel des non-exclus (pour tous) est financé exclusivement par les secteurs industriels qui déterminent le cursus des apprentissages en fonction de leurs besoins. Former des travailleurs spécialisés est de leur ressort exclusif. Grandes économies pour l’Etat.

    Echanges
    Ne pas favoriser l’échange de logements, grâce à la médiation d’un «organisme d’Etat» spécialisé (pas encore créé), nuit à l’économie du pays. Le coût de cet organisme est compensé par l’augmentation des emplois occupés. Emplois qui, sans cela, resteraient vacants.
    Par ailleurs, les travailleurs, perdant moins d’heures dans les déplacements, sont plus performants au travail.
    Le propriétaire qui ne trouve pas immédiatement un autre logement à «échanger», dans le cadre d’un remplacement prévisible et raisonnable, obtient un prêt momentané, convenable, adapté.
    Une communauté humaine bien gérée doit éliminer au maximum les causes de chômage.

    Apolitique
    Le SYAPA est apolitique. Selon les valeurs attribuées aux stipulations, celles-ci présenteront une couleur politique spécifique plus ou moins accentuée. Les représentants du peuple déterminent ces valeurs.

    Compatible
    Le «système anti-paupérisme» est parfaitement compatible avec le commerce libre. Il n’implique aucune révision, d’émanation idéologique, pouvant déstabiliser l’économie.
    Les travaux effectués par le SYAPA n’entrent pas en concurrence avec ceux des professionnels patentés puisque, sans cette association non lucrative, ils ne se feraient pas: aucun exclu ne pouvant les payer.

    Moral
    Rappelons que, dans le «système anti-paupérisme», le «travail-impôt» résout exclusivement les problèmes de la misère, et rien d’autre. Ce en quoi il est moralement et économiquement acceptable.
    Moralement: car si ce «travail-impôt» s’écartait de la résolution unique des problèmes de la misère, il deviendrait une sorte d’esclavage ou de corvée des temps féodaux.
    Economiquement: car si ce «travail-impôt» s’écartait de la résolution unique des problèmes de la misère, il entrerait en concurrence avec le travail des professionnels, lesquels payent patente. Exemple: le pauvre qui repeint un banc public vole le travail du peintre professionnel. En revanche, si ce pauvre remet en état un logis délabré d’indigent, il ne vole le travail de personne vu que l’indigent n’aurait pas les moyens de recourir à un professionnel.
    Exemple de travail anti-paupérisme:
    Gestion complète des marchandises nécessaires aux exclus.
    Dans un périmètre limité, à l’aide de véhicules, rapporter des «surplus» agricoles qui seront distribués aux exclus.
    Surveillance nocturne des marchandises destinées aux exclus.
    Livraison de repas aux exclus impotents.
    Livraison de matériel aux exclus impotents.
    Rénovation de locaux anciens destinés aux exclus.
    Fabrication d’abris équipés pour les SDF (programme de secours prioritaire).
    Travaux agricoles pour récolter des produits destinés aux exclus.
    Assister l’exclu handicapé.

    Scandale
    Contrairement au travail-impôt, le «travail d’intérêt général» est économiquement scandaleux car il constitue une concurrence déloyale pour les professionnels qui payent patente. On ne combat pas une injustice avec une autre injustice, parce qu’en procédant ainsi, on obtient 2 injustices. La justice économique serait respectée si tous les «travaux d’intérêt général» résolvaient uniquement les problèmes causés par la misère, et rien d’autre.

    Objectivement
    Stricto sensu, avec le «système anti-paupérisme», le chômage (absence d’activité professionnelle rémunérée) disparaît. Toute la France travaille.

    Valeur économique
    A partir du moment où l’ensemble des habitants œuvrent, la France devient plus riche, puisque l’activité du «système anti-paupérisme» est tout autant productive que celle des secteurs classiques. Le «travail civique» équivalent d’impôt effectué par l’exclu permet de réduire une dépense obligatoire d’Etat: supprimer la misère. Il a par conséquent une réelle valeur économique.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 3

    Message par Tiersi le Dim 14 Sep - 8:03

    3 - Inadmissible est la misère, alors que certains ont beaucoup trop.
    Que faire?

    SYAPA
    Supprimer totalement et rapidement la misère est possible, sans dépenses pour l’Etat. Le «système anti-paupérisme» y parvient en faisant travailler «gratuitement» les citoyens. Dans ce système, le «travail civique» s’avère un équivalent fiscal qui concerne tous les individus, y compris les exclus. La population entière (et non partielle comme aujourd’hui) supporte les frais occasionnés par cet objectif prioritaire dans une démocratie réellement humaine.

    Rémunération conditionnelle
    Les pauvres ont droit à une rémunération remplaçant les allocations actuelles. Rémunération conditionnelle: faire le «travail civique», avec ponctualité, correctement… Chaque sanction financière, chaque privation d’avantages pécuniaires est légitime. L’individu peut l’éviter s’il corrige son mauvais comportement. Observons que la suppression du salaire civique de l’exclu ne le prive en rien, lui et sa famille ayant toujours de quoi vivre décemment, grâce aux fournitures indispensables du SYAPA.
    Le «travail civique» du «système anti-paupérisme» et du «système anti-désordre» apprend ou rapprend à l’exclu désocialisé une discipline de vie: respect des horaires, attention soutenue, self-control…
    Avec le «système anti-désordre», les bons comportements de l’habitant (jeune comme adulte) d’un quartier sensible, qu’enregistrent le «système anti-paupérisme» et le «système anti-désordre», favorisent son embauche par les employeurs du secteur commercial.

    Surplus agricoles
    Actuellement les surplus agricoles vont à la décharge ou ne sont pas ramassés. Dans le «système anti-paupérisme», ils deviennent un équivalent d’impôt.
    Quand c’est possible, leur collecte est faite directement par des individus participant au «système anti-paupérisme».
    Outre l’enlèvement des produits en surplus invendus, s’ajoutent ceux non acceptés à cause du calibrage exigé par la distribution. Sont récoltés aussi les fruits et légumes jugés invendables, pourtant mangeables: pas jolis, non présentables…
    Les exclus nourris correctement évitent nombre de problème médicaux: économies pour l’Etat. L’Etat ne paye rien.
    Le nombre des emplois peu rentables pour les entreprises, dont la faible rémunération se verrait compensée par l’aide du «système anti-paupérisme», pourrait augmenter dans l’agriculture. La France devient alors compétitive.

    Anti-gaspillage
    Les surplus agricoles et les produits devenus plus «vendables» de la distribution, qui ont une valeur de remplacement fiscal pour les entreprises dans le «système anti-paupérisme», ne sont plus jetés: ils sont comptabilisés.
    Et ils sont récupérés par les exclus, pour les exclus.
    La faim chez les exclus disparaît définitivement. Distribution de nourriture toute l’année.

    Economique
    Si tous les habitants participent à l’éradication du paupérisme, la charge supportée par chacun est forcément allégée.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 4

    Message par Tiersi le Lun 15 Sep - 8:05

    4 - Inadmissible est le gaspillage des ressources non renouvelables de la terre.
    Que faire?

    Location généralisée
    Parallèlement au «système anti-paupérisme», l’Etat incite à la «location généralisée» de beaucoup de produits manufacturés. Cette incitation prend la forme de dispositions contenues dans certaines stipulations du «système anti-désordre»: récompenses ou sanctions financières.

    Localisation
    Les loueurs, grâce à des grandes quantités de commandes groupées, obligent les fabricants à concevoir des produits de haute qualité: durables, réparables à faible coût, pouvant s’adapter aux innovations.
    Qui dit «produits de haute qualité» dit entreprises françaises devenant concurrentielles (le salaire bas n’est plus essentiel dans le prix de fabrication d’un objet cher).
    Qui dit «réparable et pouvant s’adapter aux innovations» dit quantité importante d’emplois impossibles à délocaliser.

    Meilleur marché
    Compte tenu de la rivalité entre loueurs, sur le long terme, la location doit revenir moins chère au client. Plus besoin de racheter fréquemment un nouvel appareil à obsolescence programmée, de disposer chaque fois d’une somme importante ou d’ajouter un emprunt, de perdre du temps lors des pannes…

    Qualité
    La «location généralisée» n’empêche pas une gradation qualitative des appareils. En fonction de celle-ci, le montant de la location change.

    Pour les exclus
    Les vieux appareils sont loués aux exclus pour une somme modique: l’assistance dépannage exige que chacun soit responsabilisé.

    Anti-dilapidation
    Fabriquer la plupart des produits dont nous avons besoin à l’autre bout du monde dilapide les ressources limitées de la terre: processus écologiquement calamiteux.

    Terrains
    La prolifération des maisons individuelles, de plus en plus éloignées des centres urbains et des zones d’activités professionnelles, entraîne un gaspillage coupable des consommations d’énergie. Sanction financière pour ceux qui bénéficient d’un sol cultivable transformé, sans bonnes raisons, en terrain à bâtir.

    Echanges
    Ne pas favoriser l’échange de logements, grâce à la médiation d’un «organisme d’Etat» spécialisé (pas encore créé), nuit à l’économie du pays. Le coût de cet organisme est compensé par l’augmentation des emplois occupés. Emplois qui, sans cela, resteraient vacants.
    Par ailleurs, les travailleurs, perdant moins d’heures dans les déplacements, sont plus performants au travail.
    Le propriétaire qui ne trouve pas immédiatement un autre logement à «échanger», dans le cadre d’un remplacement prévisible et raisonnable, obtient un prêt momentané, convenable, adapté.
    Une communauté humaine bien gérée doit éliminer au maximum les causes de chômage.

    Energie
    Gaspiller l’énergie, surtout l’énergie non renouvelable, cause d’immenses préjudices à l’humanité toute entière. Il s’agit chaque fois d’une atteinte irréversible au patrimoine mondial. Une communauté humaine bien gérée ne peut le tolérer.
    Sanction financière pour consommer beaucoup d’énergie, beaucoup d’énergie fossile, pour ne pas installer de système anti-gaspillage d’énergie, pour ne pas installer une bonne isolation thermique, pour acheter une marchandise ayant parcouru beaucoup de kilomètres, pour l’achat d’une denrée ayant parcouru beaucoup de kilomètres, alors qu’elle pourrait être produite à proximité…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.
    Sanction financière pour l’entreprise n’utilisant pas autant d’énergie renouvelable qu’elle pourrait le faire.
    Sanction financière pour le commerce d’une marchandise ayant parcouru beaucoup de kilomètres, pour le commerce d’une denrée ayant parcouru beaucoup de kilomètres, alors qu’elle pourrait être produite à proximité…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.

    Consommation
    Sanction financière pour des voyages en avion non indispensables. Pour des véhicules, bateaux, avions.., consommant beaucoup de carburant. Pour une consommation excessive d’eau…

    Bourse d’écologie révolutionnaire
    Au-delà d’une certaine limite, les quantités de carburant que le riche veut consumer sont achetées à la «bourse d’écologie révolutionnaire». A cette même «bourse d’écologie révolutionnaire», les pauvres peuvent vendre les quantités de carburant qu’ils n’ont pas utilisé. Nouveau moyen permettant d’améliorer les ressources pécuniaires des exclus, sans ponctionner l’Etat.

    Sanctions révolutionnaires
    La sanction financière inscrite dans une stipulation du «système anti-désordre» ne se compare pas à une amende. Il s’agit d’une somme payée périodiquement (ou d’une absence d’allocation), qui se prolonge tant que le fautif n’arrête pas son mauvais comportement.
    Cette méthode dissuasive comprend aussi l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires». Pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution, jusqu’à disparition, de l’«argent de poche mutualisé».

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 5

    Message par Tiersi le Mar 16 Sep - 8:14

    5 - Inadmissible est la pollution, rendant invivable note planète.
    Que faire?

    Eau
    L’eau est un bien précieux du patrimoine mondial. Sa pollution, sacrifiant l’avenir, cause d’immenses préjudices aux générations futures. Sanction financière pour une pollution de l’eau, pour l’utilisation d’un procédé agricole qui provoque la formation d’algues vertes. Pour une pollution du sol, pour recourir à un procédé agricole qui dégrade le sol, pour une production excessive de lisier, pour l’utilisation excessive de pesticide, d’engrais chimiques…
    D’innombrables sacs plastiques, poussés par le vent, se posent sur les cours d’eau, lesquels rejoignent la mer et provoquent une pollution mortelle pour la faune marine, causant d’immenses préjudices aux hommes d’aujourd’hui comme aux générations futures.

    Air
    La pollution de l’air entraîne des maladies. Certains malades le sont pour une vie entière. Leur indemnisation est à la charge de la collectivité. Sacrifier des vies et de l’argent à cause des pollueurs ne peut être toléré par une communauté humaine bien gérée.

    Préserver l’environnement
    Sanction financière pour fabriquer, commercialiser des produits dont la fabrication est dommageable à notre planète.

    Sanctions révolutionnaires
    La sanction financière inscrite dans une stipulation du «système anti-désordre» ne se compare pas à une amende. Il s’agit d’une somme payée périodiquement (ou d’une absence d’allocation), qui se prolonge tant que le fautif n’arrête pas son mauvais comportement.
    Cette méthode dissuasive comprend aussi l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires». Pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution, jusqu’à disparition, de l’«argent de poche mutualisé».

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 6

    Message par Tiersi le Mer 17 Sep - 7:46

    6 - Inadmissibles sont les incivismes et autres atteintes au vivre ensemble non sanctionnés, leurs répétitions.
    Que faire?

    Gestion collective
    Les mauvais comportements nuisent au vivre ensemble. Certains entraînent de fortes dépenses à la charge de la collectivité. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer les conduites capricieuses, abusives, indignes, odieuses...

    Loteries révolutionnaires
    Tous les contribuables payent obligatoirement leurs «billets» des «loteries révolutionnaires» du «système anti-désordre»: par une fiscalité distincte. Y compris les pauvres (au moyen du «système anti-paupérisme»).
    Nul ne contestera cette possibilité d’acquérir de la richesse, sauf les canailles invétérées.
    Chaque «gagnant» des «loteries révolutionnaires», ayant un mauvais comportement, est averti de sa «déveine»: simple didactisme.
    Observons qu’une pareille sanction, financièrement indolore pour l’individu incivique, est pourtant efficace. Annulant pendant une période donnée l’attribution d’éventuels lots des «loteries révolutionnaires», elle ne retire aucun argent au perturbateur. Un procédé qui touche autant le riche que le pauvre.

    Argent de poche mutualisé
    Afin que tous les professeurs aient de l’autorité, il leur faut des moyens de pression sur les élèves d’aujourd’hui. S’ajoutant à l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires», la sanction pécuniaire réduit ou supprime «l’argent de poche mutualisé». A chaque récidive, le professeur inscrit de nouveaux points négatifs, de sorte que la sanction pécuniaire, pour l’élève récalcitrant, augmente.
    On sait que pour obtenir leur argent de poche, les enfants manipulent facilement leurs parents. Ce qui est impossible avec l’Administration. Avec l’«argent de poche révolutionnaire», la collectivité dispose d’un bon moyen de pression permettant d’enrayer une conduite d’élève qui s’oppose au vivre ensemble. A l’école ou hors de l’école.
    Au moyen de sondages, on calcule le montant moyen que les parents donnent régulièrement à leurs enfants sous forme d’argent de poche. Fiscalement, on retire cette somme aux contribuables, somme à laquelle s’ajoute un surcroît en prévision des enfants d’exclus. Après quoi, la distribution égale de l’argent de poche à l’ensemble des élèves se fait par l’entremise de l’Administration, comme une allocation.

    Biens culturels
    Accompagnant l’«argent de poche mutualisé», toujours pour encourager la bonne conduite, les élèves non réprimandés bénéficient de «biens culturels».
    Financement des «biens culturels»: pour payer l’impôt «anti-paupérisme» et l’impôt «anti-désordre», certaines entreprises peuvent fournir une fraction de leur production aux élèves, enfants d’exclus ou non. Exemple: livres, disques, jeux, places de spectacle…

    Conduite surveillée
    La majorité des individus, y compris les jeunes, y compris les enfants, craignant de laisser échapper les lots des «loteries révolutionnaires», surtout le gros lot, surveillent constamment leur conduite, de façon à ne pas enfreindre les stipulations du «système anti-désordre».
    Dissuasion à laquelle s’ajoute, pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution ou suppression de l’«argent de poche mutualisé».

    Zone sécurisante
    L’élève obstinément réfractaire à la discipline est envoyé (avec ses parents si nécessaire) dans une «zone sécurisante» où son éducation est assurée par le «système anti-paupérisme» et le «système anti-désordre».

    Résolution des quartiers à problèmes
    Problèmes brûlants dont se plaignent les habitants.
    1) Les habitants d’un quartier «difficile» se plaignent des nombreux contrôles d’identités.
    2) Insécurité sous différentes formes: incivilités, menaces, racket, violence, représailles, véhicules incendiés…
    Solution. Chaque quartier «difficile» est séparé en deux. Toutes les personnes qui causent des problèmes déménagent dans la «zone surveillée». Sortent de cette «zone surveillée», toutes les personnes ne causant pas de problèmes.
    Dès lors, les contrôles d’identité visent exclusivement les habitants des «zones surveillées». Ces asociaux ne peuvent légitimement plus s’en plaindre.
    Moralité: afin d’éviter la surveillance policière et pouvoir déménager hors d’une «zone surveillée», ses habitants devront faire l’effort d’accepter les règles du vivre ensemble.

    Avis
    Si on demandait leur avis aux habitants paisibles des quartiers à problèmes? D’ailleurs, tous disent vouloir en partir, s’ils le pouvaient. Signe qui ne trompe personne
    Evidemment, on ne demande pas leur avis aux délinquants: ils n’ont pas à faire la loi.

    Avantages
    Avantages. Les «zones surveillées» s’insèrent entre la prison (souvent contre-productive) et «rien» (effet catastrophique sur les populations). Tant de délinquants récidivistes ne sont ni incarcérés ni sanctionnés par la justice.
    Economies: suppression des frais d’incarcération.
    Les frais de déménagement sont faibles par rapport aux gains pour la commune ou l’Etat: dégradations limitées, violence diminuée, reprise en main des quartiers qui refusent les lois françaises…
    L’employeur éventuel est rassuré quand le candidat à un emploi réside dans une «zone paisible».
    Tant que leur conduite reste incivique, les asociaux au chômage travaillent en participant à l’aide aux exclus.
    A l’intérieur du secteur citoyen d’un quartier «difficile», la police n’importune plus les individus paisibles. Leur cadre de vie s’améliore nettement. Par exemple: les musulmans émancipés ne sont plus harcelés par les barbus afin que toutes les femmes soient fagotées comme des épouvantails.

    Eloignement
    Les «zones sécurisantes» se situent dans certains lieux éloignés. Y habitent les ex-SDF causant des insociabilités. Y sont aussi envoyés les perturbateurs de quartiers (avec leurs parents si nécessaire).
    Les transports en commun permettant de relier ces zones sont gratuits. Il s’agit de véhicules d’occasion conduits, réparés, par leurs habitants, à titre de «travail civique» équivalent d’impôt. Aucune raison d’exposer les conducteurs sans histoire aux agressions verbales ou aux agressions physiques d’asociaux.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Espaces limités
    Sortir ou se trouver hors de sa «zone sécurisante» durant une période d’interdiction, pénétrer dans un espace défendu, décuple les sanctions financières, allonge fortement les durées d’annulation des lots de loterie révolutionnaire, diminue ou annule les avantages pour élèves.

    Badge
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Libération
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, l’habitant d’une «zone sécurisante» est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier, hormis: pédophile, mari ou compagnon brutal et pathologiquement vindicatif, fan obsessionnel…

    Prison
    Leurs voies de communication étant constamment surveillées, certaines «zones sécurisantes» peuvent désencombrer les prisons. Exemple: toxicomanes non violents, certains chauffards, mineurs multirécidivistes... Auxquels s’ajoutent: alcoolique ayant le vin mauvais, mari ou compagnon brutal, fan obsessionnel, délinquant, pédophile, voleur, caïd de quartier, dealer, membre de gang, individu solitaire et impécunieux à sa sortie de prison, individu ayant employé directement ou indirectement la menace, individu ayant exercé directement ou indirectement des représailles, individu ayant exercé la violence, etc.

    Promiscuité carcérale
    Autre avantage d’une «zone sécurisante»: promiscuité carcérale, en particulier entre jeune délinquant et malfaiteur endurci, non infligée. On prévient ainsi le renforcement criminel, la récidive, qui coûtent cher à la collectivité. Cesse la surpopulation dans les prisons. L’incarcération de chaque détenu coûte cher: beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Etablissements psychiatriques
    Les «zones sécurisantes» peuvent aussi désencombrer les établissements psychiatriques. Elles accueillent les patients peu atteints, opportunistes, qui laissent ainsi leur place, à l’hôpital, aux cas dangereux. Ces «zones sécurisantes» accueillent aussi les malades mentaux impécunieux, les malades mentaux qui refusent d’être soigné, qui interrompent leur traitement sans autorisation…
    Une collectivité qui abandonne les personnes démentes à la rue est une collectivité malade. Une collectivité qui subit, le jour, divers dérèglements sociétaux. La nuit, c’est pire. Des désordres qui pourrissent la vie de l’honnête homme.
    L’homme nanti devrait pourtant comprendre qu’une grande partie de sa tranquillité d’esprit repose sur le calme d’esprit de ceux qui, aux alentours, l’ont dérangé.
    Grâce à de telles «zones sécurisantes» et au «système anti-paupérisme», plus aucun malade mental ne peut traîner dans les rues, sans toit, sans nourriture, sans chauffage l’hiver, en proie à la misère extrême. Diminution des frais d’hospitalisation. Beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Violents politiques
    Dans ces lieux éloignés habitent les extrémistes politiques violents. Tout extrémiste politique violent doit remplir en totalité le questionnaire du «système anti-désordre» relatif au fanatisme.
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, accompagné de réponses adéquates au questionnaire du «système anti-désordre» visant le fanatisme, l’extrémiste politique violent est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier.

    Surveillance civique
    Avec le «système anti-désordre», l’examen des comportements, pour l’essentiel, est fait par le peuple. Rien à voir avec le flicage d’un Etat policier. La population surveille la population, c’est son droit. C’est son devoir. C’est l’assurance de prévenir les conflits sociaux, la guerre civile.

    Policiers et juges toujours actifs
    Le rôle des policiers, des juges, est en permanence actif. Dès la première incartade et à chaque récidive, les multiples sanctions financières du «système anti-désordre» s’appliquent.

    Sanctions révolutionnaires
    La sanction financière inscrite dans une stipulation du «système anti-désordre» ne se compare pas à une amende. Il s’agit d’une somme payée périodiquement (ou d’une absence d’allocation), qui se prolonge tant que le fautif n’arrête pas son mauvais comportement.
    Cette méthode dissuasive comprend aussi l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires». Pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution, jusqu’à disparition, de l’«argent de poche mutualisé».
    Exemples: récidiviste, malade mental qui refuse de se soigner, malade contagieux qui interrompt son traitement, individu qui gêne l’entourage, etc.

    Cohérence
    En toute chose, il faut être conséquent. Les écervelés d’une communauté humaine bien gérée doivent assumer les conséquences de leur mauvais choix, sans geindre. Mauvais choix qui coûtent cher à la société, qui corrompent ses rouages, qui détériorent sa cohésion…
    Sanction financière pour se plaindre de l’hyper-violence dans notre pays, entre autres, celle de l’accro pendant ses vols successifs, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues, pour se plaindre que notre société engendre trop de violence en étant partisan du port d’arme accordé aux particuliers, que notre société est trop violente en étant partisan de la torture…
    Forte sanction financière pour se plaindre de l’énorme corruption qu’implantent les caïds afin de «monopoliser» leurs trafics, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues.
    Très forte sanction financière au faux jeton qui se plaint du laxisme de la justice en étant opposé à l’instauration d’un tribunal masqué pour les délinquants et criminels pouvant exercer des représailles…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Drogue
    La quantité astronomique d’argent résultant du trafic a des conséquences pires que les ravages sanitaires. Ce fric maléfique entraîne une corruption qui pourrit la tête, puis le corps entier de l’Etat.
    Abolir la prohibition des drogues ruine les trafiquants et assainit l’Etat. Les Occidentaux autorisent déjà l’alcool (drogue aujourd’hui légale). Permission plus intelligente qu’une prohibition impossible à faire appliquer.
    Parallèlement, il faut lutter avec efficacité contre l’usage des drogues en recourant aux mesures innovantes du SYADE.
    La dépénalisation des drogues élimine les frais de maladie consécutifs aux échanges de seringues et autres défauts d’hygiène.
    La dépénalisation des drogues élimine l’«overdose»: empoisonnement causé par un produit non contrôlé. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    En contrôlant les produits aujourd’hui illicites, l’Etat perçoit des taxes importantes.
    La dépénalisation des drogues élimine les vols pour l’approvisionnement du junkie, lesquels causent de nombreuses dépenses chez le particulier.
    La dépénalisation des drogues élimine la prostitution pour l’approvisionnement du junkie. Donc moins de frais médicaux dus à certaines maladies contagieuses.
    La dépénalisation des drogues élimine les agressions des junkies pour se procurer leurs doses. Donc moins de dépenses médicales.
    Population incarcérée moins nombreuse, donc diminution des frais d’emprisonnement.
    On substitue certaines peines de prison actuellement non effectuées par des séjours en «zone sécurisante». Donc moins de frais d’incarcération.
    La dépénalisation des drogues, en supprimant les trafics d’argent facile, élimine l’hyper-violence des caïds pour défendre leur négoce. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’utilisation de l’hyper-violence pour traiter les problèmes, enseignée aux jeunes très tôt. Donc moins de dépenses médicales.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’épouvante des victimes d’une violence sauvage. Donc moins de dépenses en traitements psychologiques pour réparer leurs dégâts mentaux.
    La dépénalisation des drogues permet d’orienter beaucoup de personnel d’Etat vers d’autres activités, vraiment utiles au pays.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 7

    Message par Tiersi le Jeu 18 Sep - 8:03

    7 - Inadmissible est la dégradation scolaire.
    Que faire?

    Gestion collective
    Les mauvais comportements nuisent au vivre ensemble. Certains entraînent de fortes dépenses à la charge de la collectivité. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer les conduites capricieuses, abusives, indignes, odieuses...

    Loteries révolutionnaires
    Tous les contribuables payent obligatoirement leurs «billets» des «loteries révolutionnaires» du «système anti-désordre»: par une fiscalité distincte. Y compris les pauvres (au moyen du «système anti-paupérisme»).
    Nul ne contestera cette possibilité d’acquérir de la richesse, sauf les canailles invétérées.
    Chaque «gagnant» des «loteries révolutionnaires», ayant un mauvais comportement, est averti de sa «déveine»: simple didactisme.
    Observons qu’une pareille sanction, financièrement indolore pour l’individu incivique, est pourtant efficace. Annulant pendant une période donnée l’attribution d’éventuels lots des «loteries révolutionnaires», elle ne retire aucun argent au perturbateur. Un procédé qui touche autant le riche que le pauvre.

    Argent de poche mutualisé
    Afin que tous les professeurs aient de l’autorité, il leur faut des moyens de pression sur les élèves d’aujourd’hui. S’ajoutant à l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires», la sanction pécuniaire réduit ou supprime «l’argent de poche mutualisé». A chaque récidive, le professeur inscrit de nouveaux points négatifs, de sorte que la sanction pécuniaire, pour l’élève récalcitrant, augmente.
    On sait que pour obtenir leur argent de poche, les enfants manipulent facilement leurs parents. Ce qui est impossible avec l’Administration. Avec l’«argent de poche révolutionnaire», la collectivité dispose d’un bon moyen de pression permettant d’enrayer une conduite d’élève qui s’oppose au vivre ensemble. A l’école ou hors de l’école.
    Au moyen de sondages, on calcule le montant moyen que les parents donnent régulièrement à leurs enfants sous forme d’argent de poche. Fiscalement, on retire cette somme aux contribuables, somme à laquelle s’ajoute un surcroît en prévision des enfants d’exclus. Après quoi, la distribution égale de l’argent de poche à l’ensemble des élèves se fait par l’entremise de l’Administration, comme une allocation.

    Biens culturels
    Accompagnant l’«argent de poche mutualisé», toujours pour encourager la bonne conduite, les élèves non réprimandés bénéficient de «biens culturels».
    Financement des «biens culturels»: pour payer l’impôt «anti-paupérisme» et l’impôt «anti-désordre», certaines entreprises peuvent fournir une fraction de leur production aux élèves, enfants d’exclus ou non. Exemple: livres, disques, jeux, places de spectacle…

    Conduite surveillée
    La majorité des individus, y compris les jeunes, y compris les enfants, craignant de laisser échapper les lots des «loteries révolutionnaires», surtout le gros lot, surveillent constamment leur conduite, de façon à ne pas enfreindre les stipulations du «système anti-désordre».
    Dissuasion à laquelle s’ajoute, pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution ou suppression de l’«argent de poche mutualisé».

    Zone sécurisante
    L’élève obstinément réfractaire à la discipline est envoyé (avec ses parents si nécessaire) dans une «zone sécurisante» où son éducation est assurée par le «système anti-paupérisme» et le «système anti-désordre».

    Résolution des quartiers à problèmes
    Problèmes brûlants dont se plaignent les habitants.
    1) Les habitants d’un quartier «difficile» se plaignent des nombreux contrôles d’identités.
    2) Insécurité sous différentes formes: incivilités, menaces, racket, violence, représailles, véhicules incendiés…
    Solution. Chaque quartier «difficile» est séparé en deux. Toutes les personnes qui causent des problèmes déménagent dans la «zone surveillée». Sortent de cette «zone surveillée», toutes les personnes ne causant pas de problèmes.
    Dès lors, les contrôles d’identité visent exclusivement les habitants des «zones surveillées». Ces asociaux ne peuvent légitimement plus s’en plaindre.
    Moralité: afin d’éviter la surveillance policière et pouvoir déménager hors d’une «zone surveillée», ses habitants devront faire l’effort d’accepter les règles du vivre ensemble.

    Avis
    Si on demandait leur avis aux habitants paisibles des quartiers à problèmes? D’ailleurs, tous disent vouloir en partir, s’ils le pouvaient. Signe qui ne trompe personne
    Evidemment, on ne demande pas leur avis aux délinquants: ils n’ont pas à faire la loi.

    Avantages
    Avantages. Les «zones surveillées» s’insèrent entre la prison (souvent contre-productive) et «rien» (effet catastrophique sur les populations). Tant de délinquants récidivistes ne sont ni incarcérés ni sanctionnés par la justice.
    Economies: suppression des frais d’incarcération.
    Les frais de déménagement sont faibles par rapport aux gains pour la commune ou l’Etat: dégradations limitées, violence diminuée, reprise en main des quartiers qui refusent les lois françaises…
    L’employeur éventuel est rassuré quand le candidat à un emploi réside dans une «zone paisible».
    Tant que leur conduite reste incivique, les asociaux au chômage travaillent en participant à l’aide aux exclus.
    A l’intérieur du secteur citoyen d’un quartier «difficile», la police n’importune plus les individus paisibles. Leur cadre de vie s’améliore nettement. Par exemple: les musulmans émancipés ne sont plus harcelés par les barbus afin que toutes les femmes soient fagotées comme des épouvantails.

    Enseignement apaisé
    Plus besoin d’augmenter le nombre de surveillants: économies pour l’Etat. Les enseignants cessent d’être tourmentés par les élèves insupportables. La violence se dissipe. Les temps d’indisponibilité pour raison médicale se tarissent.

    Eloignement
    Les «zones sécurisantes» se situent dans certains lieux éloignés. Y habitent les ex-SDF causant des insociabilités. Y sont aussi envoyés les perturbateurs de quartiers (avec leurs parents si nécessaire).
    Les transports en commun permettant de relier ces zones sont gratuits. Il s’agit de véhicules d’occasion conduits, réparés, par leurs habitants, à titre de «travail civique» équivalent d’impôt. Aucune raison d’exposer les conducteurs sans histoire aux agressions verbales ou aux agressions physiques d’asociaux.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Espaces limités
    Sortir ou se trouver hors de sa «zone sécurisante» durant une période d’interdiction, pénétrer dans un espace défendu, décuple les sanctions financières, allonge fortement les durées d’annulation des lots de loterie révolutionnaire, diminue ou annule les avantages pour élèves.

    Badge
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Libération
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, l’habitant d’une «zone sécurisante» est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier, hormis: pédophile, mari ou compagnon brutal et pathologiquement vindicatif, fan obsessionnel…

    Prison
    Leurs voies de communication étant constamment surveillées, certaines «zones sécurisantes» peuvent désencombrer les prisons. Exemple: toxicomanes non violents, certains chauffards, mineurs multirécidivistes... Auxquels s’ajoutent: alcoolique ayant le vin mauvais, mari ou compagnon brutal, fan obsessionnel, délinquant, pédophile, voleur, caïd de quartier, dealer, membre de gang, individu solitaire et impécunieux à sa sortie de prison, individu ayant employé directement ou indirectement la menace, individu ayant exercé directement ou indirectement des représailles, individu ayant exercé la violence, etc.

    Promiscuité carcérale
    Autre avantage d’une «zone sécurisante»: promiscuité carcérale, en particulier entre jeune délinquant et malfaiteur endurci, non infligée. On prévient ainsi le renforcement criminel, la récidive, qui coûtent cher à la collectivité. Cesse la surpopulation dans les prisons. L’incarcération de chaque détenu coûte cher: beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Etablissements psychiatriques
    Les «zones sécurisantes» peuvent aussi désencombrer les établissements psychiatriques. Elles accueillent les patients peu atteints, opportunistes, qui laissent ainsi leur place, à l’hôpital, aux cas dangereux. Ces «zones sécurisantes» accueillent aussi les malades mentaux impécunieux, les malades mentaux qui refusent d’être soigné, qui interrompent leur traitement sans autorisation…
    Une collectivité qui abandonne les personnes démentes à la rue est une collectivité malade. Une collectivité qui subit, le jour, divers dérèglements sociétaux. La nuit, c’est pire. Des désordres qui pourrissent la vie de l’honnête homme.
    L’homme nanti devrait pourtant comprendre qu’une grande partie de sa tranquillité d’esprit repose sur le calme d’esprit de ceux qui, aux alentours, l’ont dérangé.
    Grâce à de telles «zones sécurisantes» et au «système anti-paupérisme», plus aucun malade mental ne peut traîner dans les rues, sans toit, sans nourriture, sans chauffage l’hiver, en proie à la misère extrême. Diminution des frais d’hospitalisation. Beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Violents politiques
    Dans ces lieux éloignés habitent les extrémistes politiques violents. Tout extrémiste politique violent doit remplir en totalité le questionnaire du «système anti-désordre» relatif au fanatisme.
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, accompagné de réponses adéquates au questionnaire du «système anti-désordre» visant le fanatisme, l’extrémiste politique violent est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier.

    Autorité des professeurs
    La profession d’enseignant a perdu, aujourd’hui, son ascendant intrinsèque. La société doit-elle s’en accommoder? A l’instar du temps des hussards de la république, pour que tous les professeurs aient de l’autorité, il faut utiliser des moyens de pression efficaces sur l’élève.

    Voyoucratie
    Soit le perturbateur d’une classe est stupide, soit il perpètre une stratégie à long terme. Auquel cas, c’est un voyou rusé, futur «chef» ou profiteur qui compte ainsi asseoir facilement sa domination par la violence, grâce à l’ignorance généralisée des individus.

    Moyens de pression
    L’effet du moyen de pression par des points positifs sera d’autant plus persuasif qu’un supplément pécuniaire de l’élève entraîne la même chose pour les ressources des parents. Un «argument» puissant que les familles peu instruites ne sauraient guère appréhender autrement, en utilisant, par exemple, les arguties d’une savante dialectique.

    SYADE (système anti-désordre)
    Avec le «système anti-désordre», l’élève ne peut pas se comporter impunément comme un malotru. A chaque inconvenance, la sanction frappe. Pour lui et pour ses parents.
    Après quoi, on peut parier qu’il sera question d’«instruction civique» en famille.
    Imaginons le cas d’un parent d’élève qui se montre violent avec un professeur…
    A l’issue d’une telle «bi-sanction», la discussion sur l’«instruction civique» en famille devrait donc se poursuivre…

    Uniforme scolaire
    Beaucoup de violence, à l’école, provient d’une différence affichée de classe sociale par les vêtements. Vouloir à tout prix porter «de la marque» pervertit les jeunes esprits, les poussent à la délinquance. Infantiles gogos que les marchands et leur publicité reptilienne dupent facilement. La finalité de l’enseignement n’est pas l’enrichissement des marchands. L’éducation doit commencer par transmettre la hiérarchisation des priorités.
    Comme au temps des hussards de la république, le retour à l’uniforme scolaire est nécessaire. Démarche malaisée sachant les jeunes esprits facilement dupés par les marchands et leur langue publicitaire bifide.
    N’abandonnons pas la formation des esprits de la jeunesse aux boutiquiers, l’éducation citoyenne n’est pas leur préoccupation. Cette dernière se résume à vendre de l’étoffe pour gonfler leur bas de laine, au mépris d’une bienséance favorisant le vivre ensemble.

    Uniforme professoral
    Dans une société voulant s’adapter rapidement à l’économie d’une planète limitée, aux ressources non renouvelables et décroissantes, l’enseignement doit devenir «révolutionnaire». C’est-à-dire, promouvoir les changements non violents. Comme au temps des hussards de la république, le retour à l’uniforme professoral est nécessaire pour mieux transmettre une riche «instruction civique» correspondant au futur.
    La prestance que donne l’uniforme permet au professeur d’en imposer à l’élève.
    Grâce aux uniformes, les élèves comprennent aussitôt qu’ils entrent dans l’armée des «apprenants» révolutionnaires.
    Les professeurs ont besoin d’assurer à nouveau leur légitimité, leur prééminence sur les élèves récalcitrants. L’uniforme des uns et des autres doit y contribuer. Il s’agit d’un signe fort. Cela signifie que les temps changent, que les temps ont changé.

    Instruction civique
    Une connaissance, importante dans l’éducation du futur citoyen, est l’instruction civique. Cette formation, quand elle réussit aujourd’hui à être dispensée en classe, s’avère difficilement audible chez les jeunes, celle-ci étant au quotidien contestée par les modèles délétères que présentent la publicité putassière ou les comportements niais des stars de l’actualité: montre clinquante de proxénète, voiture de trafiquant, villa de maffieux, yacht de financier véreux… Fascinations reptiliennes pour béjaunes.

    Points positifs et négatifs
    Le «système anti-paupérisme», au moyen des points positifs et négatifs attribués en fonction du respect des règles du vivre ensemble, indiquent la bonne orientation civique à suivre. Il peut donc servir de support démonstratif aux cours d’instruction civique.

    Surveillance civique
    Avec le «système anti-désordre», l’examen des comportements, pour l’essentiel, est fait par le peuple. Rien à voir avec le flicage d’un Etat policier. La population surveille la population, c’est son droit. C’est son devoir. C’est l’assurance de prévenir les conflits sociaux, la guerre civile.

    Bizutage
    Le bizutage n’est rien d’autre que l’opportunité d’un apprentissage «sacralisé» du commandement pervers et de la soumission méprisable. Des abjections qui pourrissent le vivre ensemble. Chaque coupable doit en subir les conséquences.

    Violence
    La violence nuit gravement au vivre ensemble. Le coupable doit en subir les conséquences.
    Sanction financière fortement augmentée.
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Policiers et juges toujours actifs
    Le rôle des policiers, des juges, est en permanence actif. Dès la première incartade et à chaque récidive, les multiples sanctions financières du «système anti-désordre» s’appliquent.

    Sanctions révolutionnaires
    La sanction financière inscrite dans une stipulation du «système anti-désordre» ne se compare pas à une amende. Il s’agit d’une somme payée périodiquement (ou d’une absence d’allocation), qui se prolonge tant que le fautif n’arrête pas son mauvais comportement.
    Cette méthode dissuasive comprend aussi l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires». Pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution, jusqu’à disparition, de l’«argent de poche mutualisé».
    Exemples: récidiviste, malade mental qui refuse de se soigner, malade contagieux qui interrompt son traitement, individu qui gêne l’entourage, etc.

    Cohérence
    En toute chose, il faut être conséquent. Les écervelés d’une communauté humaine bien gérée doivent assumer les conséquences de leur mauvais choix, sans geindre. Mauvais choix qui coûtent cher à la société, qui corrompent ses rouages, qui détériorent sa cohésion…
    Sanction financière pour se plaindre de l’hyper-violence dans notre pays, entre autres, celle de l’accro pendant ses vols successifs, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues, pour se plaindre que notre société engendre trop de violence en étant partisan du port d’arme accordé aux particuliers, que notre société est trop violente en étant partisan de la torture…
    Forte sanction financière pour se plaindre de l’énorme corruption qu’implantent les caïds afin de «monopoliser» leurs trafics, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues.
    Très forte sanction financière au faux jeton qui se plaint du laxisme de la justice en étant opposé à l’instauration d’un tribunal masqué pour les délinquants et criminels pouvant exercer des représailles…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Drogue
    La quantité astronomique d’argent résultant du trafic a des conséquences pires que les ravages sanitaires. Ce fric maléfique entraîne une corruption qui pourrit la tête, puis le corps entier de l’Etat.
    Abolir la prohibition des drogues ruine les trafiquants et assainit l’Etat. Les Occidentaux autorisent déjà l’alcool (drogue aujourd’hui légale). Permission plus intelligente qu’une prohibition impossible à faire appliquer.
    Parallèlement, il faut lutter avec efficacité contre l’usage des drogues en recourant aux mesures innovantes du SYADE.
    La dépénalisation des drogues élimine les frais de maladie consécutifs aux échanges de seringues et autres défauts d’hygiène.
    La dépénalisation des drogues élimine l’«overdose»: empoisonnement causé par un produit non contrôlé. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    En contrôlant les produits aujourd’hui illicites, l’Etat perçoit des taxes importantes.
    La dépénalisation des drogues élimine les vols pour l’approvisionnement du junkie, lesquels causent de nombreuses dépenses chez le particulier.
    La dépénalisation des drogues élimine la prostitution pour l’approvisionnement du junkie. Donc moins de frais médicaux dus à certaines maladies contagieuses.
    La dépénalisation des drogues élimine les agressions des junkies pour se procurer leurs doses. Donc moins de dépenses médicales.
    Population incarcérée moins nombreuse, donc diminution des frais d’emprisonnement.
    On substitue certaines peines de prison actuellement non effectuées par des séjours en «zone sécurisante». Donc moins de frais d’incarcération.
    La dépénalisation des drogues, en supprimant les trafics d’argent facile, élimine l’hyper-violence des caïds pour défendre leur négoce. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’utilisation de l’hyper-violence pour traiter les problèmes, enseignée aux jeunes très tôt. Donc moins de dépenses médicales.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’épouvante des victimes d’une violence sauvage. Donc moins de dépenses en traitements psychologiques pour réparer leurs dégâts mentaux.
    La dépénalisation des drogues permet d’orienter beaucoup de personnel d’Etat vers d’autres activités, vraiment utiles au pays.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 8

    Message par Tiersi le Ven 19 Sep - 13:20

    8 - Inadmissible est la violence non sanctionnée, les récidives, à plus forte raison.
    Que faire?

    Gestion collective
    Les mauvais comportements nuisent au vivre ensemble. Certains entraînent de fortes dépenses à la charge de la collectivité. Certains provoquent des morts. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer les conduites agressives.

    Loteries révolutionnaires
    Tous les contribuables payent obligatoirement leurs «billets» des «loteries révolutionnaires» du «système anti-désordre»: par une fiscalité distincte. Y compris les pauvres (au moyen du «système anti-paupérisme»).
    Nul ne contestera cette possibilité d’acquérir de la richesse, sauf les canailles invétérées.
    Chaque «gagnant» des «loteries révolutionnaires», ayant un mauvais comportement, est averti de sa «déveine»: simple didactisme.
    Observons qu’une pareille sanction, financièrement indolore pour l’individu incivique, est pourtant efficace. Annulant pendant une période donnée l’attribution d’éventuels lots des «loteries révolutionnaires», elle ne retire aucun argent au perturbateur. Un procédé qui touche autant le riche que le pauvre.

    Argent de poche mutualisé
    Afin que tous les professeurs aient de l’autorité, il leur faut des moyens de pression sur les élèves d’aujourd’hui. S’ajoutant à l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires», la sanction pécuniaire réduit ou supprime «l’argent de poche mutualisé». A chaque récidive, le professeur inscrit de nouveaux points négatifs, de sorte que la sanction pécuniaire, pour l’élève récalcitrant, augmente.
    On sait que pour obtenir leur argent de poche, les enfants manipulent facilement leurs parents. Ce qui est impossible avec l’Administration. Avec l’«argent de poche révolutionnaire», la collectivité dispose d’un bon moyen de pression permettant d’enrayer une conduite d’élève qui s’oppose au vivre ensemble. A l’école ou hors de l’école.
    Au moyen de sondages, on calcule le montant moyen que les parents donnent régulièrement à leurs enfants sous forme d’argent de poche. Fiscalement, on retire cette somme aux contribuables, somme à laquelle s’ajoute un surcroît en prévision des enfants d’exclus. Après quoi, la distribution égale de l’argent de poche à l’ensemble des élèves se fait par l’entremise de l’Administration, comme une allocation.

    Biens culturels
    Accompagnant l’«argent de poche mutualisé», toujours pour encourager la bonne conduite, les élèves non réprimandés bénéficient de «biens culturels».
    Financement des «biens culturels»: pour payer l’impôt «anti-paupérisme» et l’impôt «anti-désordre», certaines entreprises peuvent fournir une fraction de leur production aux élèves, enfants d’exclus ou non. Exemple: livres, disques, jeux, places de spectacle…

    Conduite surveillée
    La majorité des individus, y compris les jeunes, y compris les enfants, craignant de laisser échapper les lots des «loteries révolutionnaires», surtout le gros lot, surveillent constamment leur conduite, de façon à ne pas enfreindre les stipulations du «système anti-désordre».
    Dissuasion à laquelle s’ajoute, pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution ou suppression de l’«argent de poche mutualisé».

    Zone sécurisante
    L’élève obstinément réfractaire à la discipline est envoyé (avec ses parents si nécessaire) dans une «zone sécurisante» où son éducation est assurée par le «système anti-paupérisme» et le «système anti-désordre».

    Résolution des quartiers à problèmes
    Problèmes brûlants dont se plaignent les habitants.
    1) Les habitants d’un quartier «difficile» se plaignent des nombreux contrôles d’identités.
    2) Insécurité sous différentes formes: incivilités, menaces, racket, violence, représailles, véhicules incendiés…
    Solution. Chaque quartier «difficile» est séparé en deux. Toutes les personnes qui causent des problèmes déménagent dans la «zone surveillée». Sortent de cette «zone surveillée», toutes les personnes ne causant pas de problèmes.
    Dès lors, les contrôles d’identité visent exclusivement les habitants des «zones surveillées». Ces asociaux ne peuvent légitimement plus s’en plaindre.
    Moralité: afin d’éviter la surveillance policière et pouvoir déménager hors d’une «zone surveillée», ses habitants devront faire l’effort d’accepter les règles du vivre ensemble.

    Avis
    Si on demandait leur avis aux habitants paisibles des quartiers à problèmes? D’ailleurs, tous disent vouloir en partir, s’ils le pouvaient. Signe qui ne trompe personne
    Evidemment, on ne demande pas leur avis aux délinquants: ils n’ont pas à faire la loi.

    Avantages
    Avantages. Les «zones surveillées» s’insèrent entre la prison (souvent contre-productive) et «rien» (effet catastrophique sur les populations). Tant de délinquants récidivistes ne sont ni incarcérés ni sanctionnés par la justice.
    Economies: suppression des frais d’incarcération.
    Les frais de déménagement sont faibles par rapport aux gains pour la commune ou l’Etat: dégradations limitées, violence diminuée, reprise en main des quartiers qui refusent les lois françaises…
    L’employeur éventuel est rassuré quand le candidat à un emploi réside dans une «zone paisible».
    Tant que leur conduite reste incivique, les asociaux au chômage travaillent en participant à l’aide aux exclus.
    A l’intérieur du secteur citoyen d’un quartier «difficile», la police n’importune plus les individus paisibles. Leur cadre de vie s’améliore nettement. Par exemple: les musulmans émancipés ne sont plus harcelés par les barbus afin que toutes les femmes soient fagotées comme des épouvantails.

    Eloignement
    Les «zones sécurisantes» se situent dans certains lieux éloignés. Y habitent les ex-SDF causant des insociabilités. Y sont aussi envoyés les perturbateurs de quartiers (avec leurs parents si nécessaire).
    Les transports en commun permettant de relier ces zones sont gratuits. Il s’agit de véhicules d’occasion conduits, réparés, par leurs habitants, à titre de «travail civique» équivalent d’impôt. Aucune raison d’exposer les conducteurs sans histoire aux agressions verbales ou aux agressions physiques d’asociaux.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Espaces limités
    Sortir ou se trouver hors de sa «zone sécurisante» durant une période d’interdiction, pénétrer dans un espace défendu, décuple les sanctions financières, allonge fortement les durées d’annulation des lots de loterie révolutionnaire, diminue ou annule les avantages pour élèves.

    Badge
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Libération
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, l’habitant d’une «zone sécurisante» est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier, hormis: pédophile, mari ou compagnon brutal et pathologiquement vindicatif, fan obsessionnel…

    Prison
    Leurs voies de communication étant constamment surveillées, certaines «zones sécurisantes» peuvent désencombrer les prisons. Exemple: toxicomanes non violents, certains chauffards, mineurs multirécidivistes... Auxquels s’ajoutent: alcoolique ayant le vin mauvais, mari ou compagnon brutal, fan obsessionnel, délinquant, pédophile, voleur, caïd de quartier, dealer, membre de gang, individu solitaire et impécunieux à sa sortie de prison, individu ayant employé directement ou indirectement la menace, individu ayant exercé directement ou indirectement des représailles, individu ayant exercé la violence, etc.

    Promiscuité carcérale
    Autre avantage d’une «zone sécurisante»: promiscuité carcérale, en particulier entre jeune délinquant et malfaiteur endurci, non infligée. On prévient ainsi le renforcement criminel, la récidive, qui coûtent cher à la collectivité. Cesse la surpopulation dans les prisons. L’incarcération de chaque détenu coûte cher: beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Etablissements psychiatriques
    Les «zones sécurisantes» peuvent aussi désencombrer les établissements psychiatriques. Elles accueillent les patients peu atteints, opportunistes, qui laissent ainsi leur place, à l’hôpital, aux cas dangereux. Ces «zones sécurisantes» accueillent aussi les malades mentaux impécunieux, les malades mentaux qui refusent d’être soigné, qui interrompent leur traitement sans autorisation…
    Une collectivité qui abandonne les personnes démentes à la rue est une collectivité malade. Une collectivité qui subit, le jour, divers dérèglements sociétaux. La nuit, c’est pire. Des désordres qui pourrissent la vie de l’honnête homme.
    L’homme nanti devrait pourtant comprendre qu’une grande partie de sa tranquillité d’esprit repose sur le calme d’esprit de ceux qui, aux alentours, l’ont dérangé.
    Grâce à de telles «zones sécurisantes» et au «système anti-paupérisme», plus aucun malade mental ne peut traîner dans les rues, sans toit, sans nourriture, sans chauffage l’hiver, en proie à la misère extrême. Diminution des frais d’hospitalisation. Beaucoup d’économies pour l’Etat.

    Violents politiques
    Dans ces lieux éloignés habitent les extrémistes politiques violents. Tout extrémiste politique violent doit remplir en totalité le questionnaire du «système anti-désordre» relatif au fanatisme.
    Après un comportement correct d’une durée suffisante, accompagné de réponses adéquates au questionnaire du «système anti-désordre» visant le fanatisme, l’extrémiste politique violent est autorisé à s’installer sur un territoire exempt d’assujettissement policier.

    Surveillance civique
    Avec le «système anti-désordre», l’examen des comportements, pour l’essentiel, est fait par le peuple. Rien à voir avec le flicage d’un Etat policier. La population surveille la population, c’est son droit. C’est son devoir. C’est l’assurance de prévenir les conflits sociaux, la guerre civile.

    Violence
    La violence nuit gravement au vivre ensemble. Le coupable doit en subir les conséquences.
    Sanction financière fortement augmentée.
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Policiers et juges toujours actifs
    Le rôle des policiers, des juges, est en permanence actif. Dès la première incartade et à chaque récidive, les multiples sanctions financières du «système anti-désordre» s’appliquent.

    Sanctions révolutionnaires
    La sanction financière inscrite dans une stipulation du «système anti-désordre» ne se compare pas à une amende. Il s’agit d’une somme payée périodiquement (ou d’une absence d’allocation), qui se prolonge tant que le fautif n’arrête pas son mauvais comportement.
    Cette méthode dissuasive comprend aussi l’annulation de chaque lot des «loteries révolutionnaires». Pour les élèves: perte simultanée de certains «biens culturels» gratuits et diminution, jusqu’à disparition, de l’«argent de poche mutualisé».
    Exemples: récidiviste, malade mental qui refuse de se soigner, malade contagieux qui interrompt son traitement, individu qui gêne l’entourage, etc.

    Cohérence
    En toute chose, il faut être conséquent. Les écervelés d’une communauté humaine bien gérée doivent assumer les conséquences de leur mauvais choix, sans geindre. Mauvais choix qui coûtent cher à la société, qui corrompent ses rouages, qui détériorent sa cohésion…
    Sanction financière pour se plaindre de l’hyper-violence dans notre pays, entre autres, celle de l’accro pendant ses vols successifs, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues, pour se plaindre que notre société engendre trop de violence en étant partisan du port d’arme accordé aux particuliers, que notre société est trop violente en étant partisan de la torture…
    Forte sanction financière pour se plaindre de l’énorme corruption qu’implantent les caïds afin de «monopoliser» leurs trafics, tout en refusant que l’Etat arrête la prohibition des drogues.
    Très forte sanction financière au faux jeton qui se plaint du laxisme de la justice en étant opposé à l’instauration d’un tribunal masqué pour les délinquants et criminels pouvant exercer des représailles…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Drogue
    La quantité astronomique d’argent résultant du trafic a des conséquences pires que les ravages sanitaires. Ce fric maléfique entraîne une corruption qui pourrit la tête, puis le corps entier de l’Etat.
    Abolir la prohibition des drogues ruine les trafiquants et assainit l’Etat. Les Occidentaux autorisent déjà l’alcool (drogue aujourd’hui légale). Permission plus intelligente qu’une prohibition impossible à faire appliquer.
    Parallèlement, il faut lutter avec efficacité contre l’usage des drogues en recourant aux mesures innovantes du SYADE.
    La dépénalisation des drogues élimine les frais de maladie consécutifs aux échanges de seringues et autres défauts d’hygiène.
    La dépénalisation des drogues élimine l’«overdose»: empoisonnement causé par un produit non contrôlé. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    En contrôlant les produits aujourd’hui illicites, l’Etat perçoit des taxes importantes.
    La dépénalisation des drogues élimine les vols pour l’approvisionnement du junkie, lesquels causent de nombreuses dépenses chez le particulier.
    La dépénalisation des drogues élimine la prostitution pour l’approvisionnement du junkie. Donc moins de frais médicaux dus à certaines maladies contagieuses.
    La dépénalisation des drogues élimine les agressions des junkies pour se procurer leurs doses. Donc moins de dépenses médicales.
    Population incarcérée moins nombreuse, donc diminution des frais d’emprisonnement.
    On substitue certaines peines de prison actuellement non effectuées par des séjours en «zone sécurisante». Donc moins de frais d’incarcération.
    La dépénalisation des drogues, en supprimant les trafics d’argent facile, élimine l’hyper-violence des caïds pour défendre leur négoce. Donc moins de dépenses médicales. Moins de mortalité chez les jeunes.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’utilisation de l’hyper-violence pour traiter les problèmes, enseignée aux jeunes très tôt. Donc moins de dépenses médicales.
    La dépénalisation des drogues fait disparaître l’épouvante des victimes d’une violence sauvage. Donc moins de dépenses en traitements psychologiques pour réparer leurs dégâts mentaux.
    La dépénalisation des drogues permet d’orienter beaucoup de personnel d’Etat vers d’autres activités, vraiment utiles au pays.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 9

    Message par Tiersi le Sam 20 Sep - 8:37

    9 - Inadmissibles sont les excès calamiteux de la finance.
    Que faire?

    Préjudices
    La finance française doit être au service de la France, et non pas l’inverse. Même chose, s’agissant de l’Europe. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer les pratiques financières préjudiciables au pays, à l’U.E.
    Sanction financière pour placer des capitaux qui seront non profitables à la France, non profitables à son industrie, qui ne développent pas l’emploi, qui seront préjudiciables aux intérêts de notre pays…

    Finance et environnement
    La finance française ne doit pas servir à dégrader l’environnement. Les ressources de la planète qui diminuent sans cesse ne doivent pas rester à la discrétion des puissants d’un marché entièrement libre. Limitation ne signifie pas suppression. «User oui, abuser non».
    Sanction financière pour placer des capitaux dans un secteur industriel qui cause de la pollution, qui épuise une ressource rare, qui détruit une espèce protégée…

    Bourse
    La bourse doit être au service de la France, et non pas l’inverse.
    Sanction financière pour un enrichissement boursier causé par de l’argent faisant travailler de l’argent, pour spéculer sur une valeur de bourse dont la baisse excessive pénalise l’industrie française, pour un enrichissement boursier qui ne profite pas à l’industrie française, pour placer des capitaux sur un marché qui dérape en bulle spéculative…
    Sanction financière pour toute l’entreprise utilisant des robots informatiques qui opèrent les transactions boursières en un temps infinitésimal. Pour chaque utilisateur d’une bourse utilisant ce procédé.

    Endettement
    L’endettement d’une collectivité revient à escroquer les générations futures, non consultées, puisque ce sont elles qui devront effectuer les remboursements. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer cette pratique frauduleuse.
    Très forte sanction financière pour le responsable politique qui endette la collectivité au-delà du raisonnable, qui endette le pays, qui propose une croissance du pays par un endettement auprès de l’étranger, qui institue la croissance du pays par un endettement auprès de l’étranger…

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 10

    Message par Tiersi le Dim 21 Sep - 8:10

    10 - Inadmissible est tout communautarisme d’origine étrangère, diviseur du pays, préparant de futures guerres civiles.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Le communautarisme décompose l’union nationale.
    Dans certains lieux éloignés habitent les étrangers et les descendants d’étranger non assimilés. Il s’agit de «zones sécurisantes». Y résident les personnes qui, se conformant à des coutumes exotique, aux mœurs de pays arriérés, à des coutumes religieuses moyenâgeuses, s’opposent au vivre ensemble du pays d’accueil, à la démocratie.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour habillement coutumier d’un pays étranger, pour dissimulation du visage dans l’espace public, pour code alimentaire allogène, pour exiger des droits différents à ceux de la population autochtone, pour s’opposer à la laïcité, à la démocratie, aux coutumes du pays d’accueil…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Cohérence
    En toute chose, il faut être conséquent. Les écervelés d’une communauté humaine bien gérée doivent assumer les conséquences de leur mauvais choix, sans geindre. Mauvais choix qui coûtent cher à la société, qui corrompent ses rouages, qui détériorent sa cohésion…
    Forte sanction financière pour un(e) Français(e) d’origine étrangère qui se plaint d’une discrimination, mais conserve un nom, un prénom, entravant son assimilation en France, dans l’UE…
    Forte sanction financière pour l’individu qui se plaint d’être interpellé par la police en dépit du fait que sa tenue vestimentaire, son apparence, son attitude, correspond à celle des voyous, pour l’individu qui se plaint d’être contrôlé, mais tient des propos de voyou, pour se plaindre du travail des policiers tout en s’opposant à leur activité…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.




    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 11

    Message par Tiersi le Lun 22 Sep - 7:55

    11 - Inadmissible est d’introduire des mœurs archaïques, obscurantistes, inspirées de l’étranger.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Dans certains lieux éloignés habitent les étrangers et les descendants d’étranger non assimilés. Il s’agit de «zones sécurisantes». Y résident les personnes qui, se conformant à des coutumes exotique, aux mœurs de pays arriérés, à des coutumes religieuses moyenâgeuses, s’opposent au vivre ensemble du pays d’accueil, à la démocratie.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour habillement coutumier d’un pays étranger, pour dissimulation du visage dans l’espace public, pour code alimentaire allogène, pour exiger des droits différents à ceux de la population autochtone, pour s’opposer à la laïcité, à la démocratie, aux coutumes du pays d’accueil…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 12

    Message par Tiersi le Mar 23 Sep - 7:48

    12 - Inadmissible est d’autoriser des coutumes alimentaires reposant sur de la barbarie envers les animaux, d’autoriser des prières isolant le travailleur de ses collègues, qui créent une fracture entre les Français, préparant de futures guerres civiles.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Dans certains lieux éloignés habitent les étrangers et les descendants d’étranger non assimilés. Il s’agit de «zones sécurisantes». Y résident les personnes qui, se conformant à des coutumes religieuses moyenâgeuses, s’opposent au vivre ensemble du pays d’accueil, à la démocratie.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour importuner, agresser, une femme à cause de sa tenue vestimentaire «occidentale» dans l’espace public. Pour reprocher à quelqu’un de manger pendant une période de jeûne religieux. Pour demander un lieu de prière au travail. Pour prier au travail. Pour occuper la rue afin de prier. Pour vouloir implanter un ou des bâtiments religieux dont l’architecture «exotique» discorde le cadre local. Pour une demande de jour férié non conventionnel dans le pays. Pour contester un jour férié de notre pays. Pour refuser de suivre les cours d’éducation sexuelle. Pour réclamer des horaires de piscine municipale réservés. Pour refuser, à l’hôpital, qu’une femme soit auscultée par un médecin masculin. Pour suivre ostensiblement un code alimentaire au nom d’une croyance religieuse. Pour faire du bruit tard dans la nuit, gênant les voisins, afin de fêter un événement religieux. Pour chaque participant du mariage religieux célébré avant le mariage civil…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.

    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 13

    Message par Tiersi le Mer 24 Sep - 7:54

    13 - Inadmissible est de rendre les femmes inférieures aux hommes.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Dans certains lieux éloignés habitent les étrangers et les descendants d’étranger non assimilés. Il s’agit de «zones sécurisantes». Y résident les personnes qui, se conformant à des coutumes religieuses moyenâgeuses, s’opposent au vivre ensemble du pays d’accueil, à la démocratie.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour importuner, agresser, une femme à cause de sa tenue vestimentaire «occidentale» dans l’espace public. Pour refuser de suivre les cours d’éducation sexuelle. Pour réclamer des horaires de piscine municipale réservés. Pour refuser, à l’hôpital, qu’une femme soit auscultée par un médecin masculin…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 14

    Message par Tiersi le Jeu 25 Sep - 8:19

    14 - Inadmissible est d’ensevelir les femmes sous des bâches coercitives.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Dans certains lieux éloignés habitent les étrangers et les descendants d’étranger non assimilés. Il s’agit de «zones sécurisantes». Y résident les personnes qui, se conformant à des coutumes religieuses moyenâgeuses, s’opposent au vivre ensemble du pays d’accueil, à la démocratie.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour importuner, agresser, une femme à cause de sa tenue vestimentaire «occidentale» dans l’espace public. Pour habillement coutumier d’un pays étranger, pour dissimulation du visage dans l’espace public…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 15

    Message par Tiersi le Ven 26 Sep - 7:46

    15 - Inadmissible est d’exercer la violence contre les homosexuels.
    Que faire?

    «Zone sécurisante»
    Dans certains lieux éloignés habitent les individus coupables d’agression homosexuelle. Il s’agit de «zones sécurisantes».

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Sanctions
    Sanction financière pour faire preuve d’homophobie, de machisme, de sexisme…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 16

    Message par Tiersi le Sam 27 Sep - 9:01

    16 - Inadmissible est de laisser circuler des Européens arriérés, étrangers à la France, venant piller nos contrées, faisant fuir les touristes, pratiquant la traite des êtres humains.
    Que faire?

    Indésirables
    Dans les «zones sécurisantes», se trouvent les immigrants non autorisé (on ne bafoue pas impunément la souveraineté française ou européenne).

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Camps
    Camps d’internements drastiques (y compris pour les enfants), sans limite de temps. Mais chaque prisonnier peut en sortir sur-le-champ, à condition de quitter définitivement le pays. En cas de retour, le coupable subit une peine plus pénible, dissuasive, en «camp disciplinaire». Avec durée de détention minimum incompressible. On ne bafoue pas impunément les lois d’un Etat souverain. Une démocratie a le droit légitime de se défendre contre les invasions inassimilables, qui provoquent toujours, plus tard, des guerres civiles.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 17

    Message par Tiersi le Dim 28 Sep - 8:07

    17 - Inadmissible est l’afflux d’immigrés indésirables, communautaristes, inassimilables, envahissants perturbateurs sociétaux, cause de futures guerres civiles.
    Que faire?

    Indésirables
    Dans les «zones sécurisantes», se trouvent les immigrants non autorisé (on ne bafoue pas impunément la souveraineté française ou européenne). Une démocratie a le droit légitime de se défendre contre les invasions inassimilables, qui provoquent toujours, plus tard, des guerres civiles.

    Contrôles policiers
    Etant indispensables, les fréquents contrôles de la police, dans chaque «zone sécurisante», ne peuvent, sans arrière-pensée fourbe, faire l’objet de protestation. Moins besoin de patrouilles dans les quartiers normaux où règne désormais le calme, les effectifs policiers se concentrant sur les lieux à problèmes: les «zones sécurisantes».

    Badges
    Chaque badge personnel, avec puce, permet de repérer les transgressions. La personne dépourvue de son badge personnel ou portant un badge falsifié subit des sanctions financières, l’annulation des lots de loterie révolutionnaire, la diminution ou l’annulation des avantages pour élèves.

    Camps
    Camps d’internements drastiques (y compris pour les enfants), sans limite de temps. Mais chaque prisonnier peut en sortir sur-le-champ, à condition de quitter définitivement le pays. En cas de retour, le coupable subit une peine plus pénible, dissuasive, en «camp disciplinaire». Avec durée de détention minimum incompressible.

    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 18

    Message par Tiersi le Lun 29 Sep - 8:50

    18 - Inadmissible est d’afficher ostentatoirement sa religion, préparant de futures guerres civiles.
    Que faire?

    Laïcité
    La laïcité empêche qu’une confession ne soit prépondérante dans le pays, religion et politique étant incompatibles. Sa bonne connaissance chez tous est l’assurance que règne en France un vivre ensemble sain.
    Supplément financier pour bien connaître les valeurs laïques.
    Sanction financière pour l’élève qui ignore l’essentiel au sujet des valeurs laïques.


    Conversion
    Sanction financière pour l’individu qui se convertit à une religion non historiquement majoritaire en France.

    Sanctions
    Sanction financière pour signe d’une religion ostentatoire. Pour accoutrement confessionnel dans l’espace public. Pour exiger un code alimentaire confessionnel. Pour exiger des droits différents à ceux de la population autochtone. Pour s’opposer à la laïcité, à la démocratie, aux coutumes du pays d’accueil. Pour contester l’enseignement du fait religieux. Pour contester un fait historique qui s’oppose à sa croyance religieuse. Pour refuser l’enseignement de théories scientifiques au nom d’une croyance religieuse. Pour proposer une loi tirée d’un livre saint afin de régler un problème de la société française…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 19

    Message par Tiersi le Mar 30 Sep - 8:11

    19 - Inadmissible est une religion qui tue des hommes au nom de Dieu.
    Que faire?

    Fanatisme
    Le fanatisme anéantit le vivre ensemble. Il coûte beaucoup de morts. Il occasionne d’énormes dépenses à la charge de la collectivité. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer le délire morbide des esprits égarés.
    Sanction financière pour signe d’une religion ostentatoire, pour habillement coutumier d’un pays étranger, pour dissimulation du visage dans l’espace public, pour code alimentaire allogène, pour exiger des droits différents à ceux de la population autochtone, pour s’opposer à la laïcité, à la démocratie, aux coutumes du pays d’accueil…

    Serment
    Chaque suspect doit emplir le «questionnaire anti-fanatisme», en jurant sur son livre saint. Un «oui» motive des points négatifs. Exemples de questions:
    L’IVG mérite-t-elle la mort physique du médecin qui l’a pratiqué? Votre religion a-t-elle pour vocation de supplanter toute autre croyance confessionnelle en France? Etes-vous partisan de l’instauration d’une théocratie en France? Conviendrait-il d’imposer les lois prescrites par votre religion à l’ensemble de la société dans notre pays?
    Est-ce admissible d’imposer les injonctions divines de votre croyance aux membres d’une autre religion, aux athées? De considérer que Dieu ait originellement privilégié un seul peuple pour répandre l’unique religion authentique, laissant par conséquent toutes les autres populations du globe dans une situation d’infériorité? D’affirmer que le livre saint que vous vénérez, fondement de votre religion, ne comporte aucun fourvoiement? D’affirmer que les commentaires des exégètes accrédités ne comportent aucun fourvoiement? D’interdire d’étudier sa croyance d’une façon historique, factuelle, impartiale? De ne pas accorder aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes? De marier un adulte et une enfant, avec l’accord religieux? D’obliger deux vieux conjoints unis à divorcer, pour raison religieuse? De tuer un croyant, un croyant sur son lieu de culte, pour raison religieuse? De détruire, d’incendier.., un bâtiment de croyants dont vous réprouvez la foi? De massacrer, de faire brûler.., des croyants dont vous réprouvez la foi, à l’intérieur de leur bâtiment religieux? De pratiquer un trafic illicite pour financer son groupe religieux? De commettre un attentat, pour raison religieuse? D’accepter, de promouvoir, de célébrer.., le suicide dans un but religieux? De convaincre un enfant de devenir kamikaze, pour raison religieuse? De transformer un enfant en bombe humaine, pour raison religieuse?
    Est-ce acceptable, le double langage ayant pour arrière-pensée d’imposer ultérieurement les lois prescrites par votre religion à l’ensemble de la société dans notre pays, d’atteindre n’importe quel autre objectif religieux? Qu’un membre de votre communauté manifeste son athéisme?
    Est-ce acceptable, la censure par un groupement religieux? Les femmes n’ayant pas le droit d’accéder aux mêmes professions que les hommes? La circoncision, l’excision, l’infibulation.., pour raison religieuse? La relation sexuelle entre un adulte et une enfant, avec l’accord religieux? L’emprisonnement d’un être humain, pour raison religieuse? L’assassinat d’un(e) opposant(e) résolu(e) à votre foi par un religieux? La prise d’otage, la prise d’otage d’une femme, d’une personne âgée, d’une personne malade, d’une personne invalide.., pour raison religieuse? Le rançonnement, le terrorisme, pour raison religieuse?
    Une personne qui brûle volontairement l’écrit sacré sur lequel vous prêtez serment mérite-t-elle la mort physique? Imager Dieu – ce qui paraît logiquement impossible donc toute interdiction est sans objet - mérite-t-il la mort physique? L’idolâtre, le fétichiste, mérite-t-il la mort physique? Le fait d’abandonner votre religion mérite-il la mort physique? Que les enfants de sexe féminin n’aillent pas à l’école, est-ce acceptable? Sous instigation religieuse, supprimer la danse, le cinéma, la musique de divertissement, détruire une œuvre appartenant au patrimoine culturel du monde.., est-ce acceptable? Conviendrait-il de soumettre législativement les femmes dans notre pays? Célébrer le mariage religieux avant le mariage civil, en France, est-ce acceptable? La polygamie est-elle acceptable? Les adultères méritent-il la mort physique? La personne homosexuelle doit-elle être mise à mort physiquement? Sous instigation religieuse, sacrifier un animal: est-ce acceptable? Sous instigation religieuse, fouetter, mutiler, mutiler sexuellement, lapider, égorger.., un être humain, est-ce acceptable? Sous instigation religieuse, la torture, la décapitation, d’un être humain, est-ce acceptable? Le membre d’une famille qui déshonore celle-ci mérite-t-il la mort physique? Qu’une religion persécute une autre religion, est-ce acceptable? Que les croyants d’une religion combattent, armes à la main, ceux d’un autre groupe religieux, est-ce acceptable? La «guerre sainte», cause de mort physique d’êtres humains, est-elle acceptable? Le «jihad par l’épée» ou «petit jihad» est-il acceptable? La croisade historique du christianisme contre l’islam continue-t-elle aujourd’hui? La «guerre sainte» contre les «croisés», aujourd’hui, est-elle soutenable? Pour combattre un ennemi, le suicide est-il acceptable? La mémoire d’un suicidé religieux ayant tué des non-combattants, des combattants, doit-elle être honorée?
    L’auteur d’un blasphème touchant votre religion, touchant le fondateur de votre religion, mérite-t-il une agression, la mort physique? L’auteur de paroles blasphématoires, d’un écrit blasphématoire, d’un dessin blasphématoire, d’une œuvre blasphématoire, son collaborateur, visant votre religion, son fondateur religieux, mérite-t-il une agression, la mort physique? Incendier le local d’une publication, d’une publication satirique, qui a imprimé des brocards, des dessins satiriques, sur votre religion, sur son fondateur, est-ce acceptable?...
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Sanctions
    Sanction financière au captieux qui pratique la «restriction mentale» en répondant aux questions du serment, pour appartenir à une communauté religieuse qui ne réfute pas solennellement chacun de ses dogmes contredisant la laïcité, la démocratie, les coutumes du pays d’accueil, tous les points «inacceptables» du serment détaillé plus haut.
    Sanction financière au fanatique qui, dès qu’on évoque une imperfection dans sa croyance, un comportement primitif, s’entend avec ses coreligionnaires pour se prétendre collectivement victimisé, en utilisant un mot avec «phobe» final, ainsi que les termes de «stigmatisation» et «stigmatiser».
    Sanction financière pour refuser d’indiquer si l’on est pratiquant. Auquel cas s’applique le maximum de points négatifs liés aux outrances d’une croyance religieuse…
    Sanction financière pour transmettre le «dogme» que Dieu approuve un massacre de personnes tuées plus ou moins au hasard. Pour transmettre le «dogme» qu’Il accordera 70 vierges à un religieux criminel…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 20

    Message par Tiersi le Mer 1 Oct - 8:28

    20 - Inadmissible est toute action terroriste contre nos compatriotes, début de guerre civile.
    Que faire?

    Guerre
    Le terrorisme supprime le vivre ensemble. Il coûte beaucoup de morts. Il occasionne d’énormes dépenses à la charge de la collectivité. Une communauté humaine bien gérée ne peut tolérer les tueries bestiales défendant des causes de ce fait déshonorées.

    Sanctions
    Très forte sanction financière pour acte de terrorisme, pour soutenir le terrorisme, pour faire entrer une arme, une arme à feu, une quantité d’explosif.., dans un avion, pour faire entrer une quantité d’explosif dans un véhicule de transport en commun, pour enfreindre une disposition de lutte contre le terrorisme imposée par l’autorité démocratique…

    Fracture sociétale
    L’islam non réformé causera, dans nos pays occidentaux, des guerres civiles, tôt ou tard. En raison des fractures opposant cette religion archaïque aux populations non musulmanes. Nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones. Prière au travail qui met mal à l’aise les collègues. Jeûnes collectifs qui séparent du reste de la population. Signes religieux dont l’ostentation militante tranche avec l’habitude des autochtones, les inquiétant. Soutien actif à des luttes guerrières, sur territoires étrangers, qui ne concernent pas les autochtones… Il suffit alors parfois d’un retournement économique pour que cette séparation civile, rendant les différentes populations incapables de fusionner, se transforme en affrontements sanglants.

    Etrangers
    En exigeant une nourriture différente qui interdit de manger avec les autochtones, en imposant des jeûnes collectifs qui perturbent la société au point d’y contraindre certains écoliers autochtones, en demandant à prier sur son lieu de travail (coutume mal perçue par les autochtones), en imposant aux femmes de porter une effrayante housse enveloppant le corps qui indique leur condition servile envers l’homme (coutume exécrée par les autochtones), en arborant avec ostentation des signes religieux qui évoquent les guerres de religion aux autochtones.., tous les musulmans français resteront des étrangers en France. Fractures sociétales préparant de futures guerres civiles. Cette situation périlleuse durera tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Ennemis
    Les musulmans français, dans l’impossibilité de s’assimiler, demeurant toujours étrangers en France, seront considérés par les autochtones comme des suspects dangereux, des combattants potentiels, des ennemis. Tant que les préceptes criminels ne seront pas retirés du Coran, tant que l’islam ne sera pas réformé.

    Modération impossible
    Quelle est la religion qui, à l’heure actuelle, fait parler d’elle dans le monde entier, par ses tueries, ses actes de kamikazes, ses rapts de jeunes filles réduites en esclavage, ses flagellations, ses excisions, ses amputations juridiques, ses lapidations, ses égorgements, ses décapitations…?
    Avec l’islam tueur, islam non réformé, l’existence des «musulmans modérés» relèvent du mirage. A cause des vénérés préceptes coraniques qui réclament la mort d’hommes au nom de Dieu, nolens volens, ils soutiennent l’extrémisme, le terrorisme.

    Guerre civile
    Ceux qui connaissent bien les Occidentaux peuvent déjà prévoir que les prochaines exterminations, en Europe, viseront les musulmans (s’ils refusent de réformer l’islam). Ces massacres se produiront au cours des futures guerres civiles qui se profilent à l’horizon. Guerres civiles causées par l’islam non réformé. Ne jamais se fier à l’eau qui dort.

    Guerres de religion
    La guerre de religion, en Islam, existe depuis déjà longtemps. Les «bons» sunnites rêvent de supprimer la totalité des chiites. Et les «bons» chiites rêvent de supprimer la totalité des sunnites. En attendant, les uns et les autres s’emploient, encore aujourd’hui, à faire un maximum de victimes chez leurs ennemis. Les religieux musulmans tuent en abondance des coreligionnaires, prioritairement.
    Qu’est-ce qui peut arrêter cette folie meurtrière insatiable, sinon un islam réformé?

    Populations angoissées
    Les politiques sont forcés d’écouter leurs électeurs. Partout, en Europe, ça bouge salement. Comme si les peuples pressentaient l’arrivée prochaine de calamités abominables causées par l’islam non réformé.
    Devenu l’ennemi déclaré du monde entier, si l’islam ne se réforme pas maintenant, il disparaîtra. A l’instar de l’empire du IIIe Reich.
    Feu attisé par les religieux assassins, chaque jour plus dangereux. Le peuple s’en rend compte. Il doit recevoir les bonnes réponses à ses légitimes questions. Le grondement du chien annonce sa morsure.

    Faits incontestables
    L’islam tue: c’est un fait. L’islam ne cesse de tuer: autre fait incontestable.

    Fondement
    Un fondement de l’islam est totalement pourri. Celui demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Abomination des abominations.

    Armes religieuses
    Stratégie pour qu’une religion tueuse cesse de tuer. Il faut détruire sa dangerosité en employant des armes religieuses, unique moyen de se faire comprendre par les tribus obscurantistes. La criminalité des religieux assassins ne peut disparaître par enchantement. Ces religieux criminels, idolâtres des tueries au nom de Dieu, nous font la guerre. On doit donc aussi leur faire la guerre. Sans faiblir. L’islam réformé permettra de différencier les tueurs des musulmans estimables. Une cinquième colonne, aujourd’hui soigneusement camouflée, à déraciner de toute urgence.

    Criminalité religieuse
    En Occident, aucune religion n’est autorisée à tuer un homme au nom de Dieu. En Occident, tuer un tueur peut être une décision politique. En Occident, il est interdit à une religion de se mêler de politique.
    Pourtant l’islam (actuel) recommande les meurtres religieux dans sa littérature sacrée. L’Occident ne peut tolérer cette illégalité.
    Personne, sur terre, n’a le droit de désigner qui «sacrifie à d’autres dieux qu’à l’Eternel». Personne n’a le droit d’en faire un coupable. Personne n’a le droit de juger les pratiques religieuses des autres, sauf quand ces pratiques sont criminelles.

    Privilège religieux
    S’installer dans un pays occidental signifie se plier à ses lois. La communauté des musulmans ne peut bénéficier du privilège intolérable les autorisant à tuer au nom de Dieu.

    Interdiction
    Le christianisme a officiellement banni, depuis longtemps, les discours criminels. En Occident, aucune prédication exhortant à tuer n’est autorisée. Alors que l’islam ne s’en prive pas puisque l’incitation à tuer des hommes au nom de Dieu se trouve dans le Coran. Et des tas d’abrutis croient à ces c…

    Mauvaise croyance
    Le bras meurtrier d’une religion féroce: voilà l’ennemi. La religion homicide doit perdre son cimeterre. Et devenir ainsi acceptable et respectable. Sans griffes ni crocs, le fauve ne peut plus nuire. Il faut faire le procès de la mauvaise croyance. Une mauvaise croyance incite à tuer des hommes au nom de Dieu.

    Djihad
    Le djihad est perpétré avec l’accord implicite des autorités musulmanes, parce qu’inscrit dans le Coran. Les permis de tuer religieux se trouvent là. Certains musulmans candides se trompent et nous trompent avec leur dénégation des actions criminelles. Ils voudraient nous faire croire que le djihad est une arme factice, pas dangereuse. Mais les terroristes, couverts par la bénédiction religieuse, emploient un arsenal qui tue vraiment. Quand une arme est pointée sur vous, même factice, il faut tirer à balles réelles.

    Politique
    Le djihad est une guerre: il s’agit de politique, pas de religion.

    Guerre
    Rares sont les guerres justes. Impossibles sont les «guerres saintes» car elles font de Dieu un belliciste sanguinaire.

    Oxymore calamiteux
    La «guerre sainte» (oxymore calamiteux) doit être l’objectif prioritaire des Occidentaux. Cette chiennerie mentale, bête infecte, nourrie de cruauté religieuse, doit crever. Il faut détruire, par exemple, les coupeurs de mains: abomination des abominations. Tuer des hommes au nom de Dieu: la pire des saloperies. Les criminels religieux, ces fétichistes du mal et de la cruauté, sont promis aux tourments des pervers.

    Mahomet
    Ne tombons pas dans le panneau des politiques d’antan qui verrouillèrent cette nouvelle religion afin d’éterniser leur pouvoir. Mahomet ne fut pas Dieu descendu sur terre. C’était un homme imparfait, comme tous les autres hommes. C’était aussi un tueur. Il pouvait se tromper. Le djihad, dans le Coran, correspondait au contexte géopolitique et à la mentalité de l’époque. Les temps ont changé. Dans le monde entier, aujourd’hui, les incitations aux tueries religieuses sont devenues criminelles.

    Etat intérieur
    Mahomet était un guerrier qui s’adressait à des hommes ayant la mentalité de leur temps. Nombre de ses messages étaient adaptés à cette période d’affrontements sanglants. Or un homme de méditation (prophète) ne peut être simultanément un homme de guerre. Prenons un exemple métaphorique. Le ciel se réfléchit sur la surface d’un lac de montagne inaccessible aux communs des mortels. L’homme de méditation peut voir le reflet exact du ciel sur la surface de l’eau car, grâce à sa sérénité, l’étendue liquide est figée. Cet homme de méditation transmet ensuite aux communs des mortels la description précise du ciel. Mais quand le même homme connaît les tourments de la guerre, son mental s’embrase. L’eau du lac (métaphore de son état intérieur) est animée de mouvements incessants. Dès lors, si le ciel montre la Vénus de Botticelli, l’homme de guerre décrira un Picasso.
    La guerre dure un temps limité. Temps qu’il est absurde de prolonger. Les musulmans qui veulent sincèrement la paix doivent effacer du Coran les préceptes de «guerre sainte».

    Tabou interdit
    Le prophète des musulmans était un simple mortel. Ses «visions» ne peuvent être présentées comme la «parole de Dieu», à jamais taboue.

    Perfection
    Nul écrit, que certains disent venant directement de Dieu, n’est parfait, ne contient aucune erreur, car Ses «mots» passent toujours par la médiation d’un homme. Et nul homme n’est parfait.
    Vouloir faire croire à un livre intégralement dicté par Dieu, dénué de la moindre imperfection, c’est prendre les gens pour des buses.

    Non intangible
    Fausse est cette croyance en une «parole de Dieu» intangible. Qui décrète qu’il s’agit bien des «paroles de Dieu»? Les musulmans bornés croient à ces «paroles divines», alors que le reste du monde ne veut pas en entendre parler. Partout dans le monde, des hommes ont découvert d’immenses vérités métaphysiques. Il n’existe pas de tribu privilégiée par Dieu.

    Tripatouillage
    Après coup, la classe des dirigeants accommodent les textes «sacrés» afin de conforter leur pouvoir: pure politique. Exemple d’un tel tripatouillage: les sourates du Coran sont présentées successivement en fonction de leur longueur, sans cohérence. Signe manifeste de la malhonnêteté des rédacteurs à l’origine du «Coran incréé». Comment comprendrait-on intellectuellement tout écrit ainsi remanié?

    Littérature sacrée
    Qu’ils le veuillent ou non, tant que l’islam ne se réforme pas, tous les musulmans sont forcés de soutenir la criminalité inscrite dans leur littérature sacrée. Au temps de l’inquisition, la religion catholique était inacceptable. Tous les catholiques de cette époque seraient, aujourd’hui, considérés comme des suspects dangereux. Il en va de même pour l’islam qui s’obstine à vénérer, propager les versets criminels du Coran. Tous les musulmans de notre époque sont, aujourd’hui, à considérer comme des suspects dangereux.
    Le djihad est l’«inquisition» des musulmans. Cette religion tueuse demeurera inacceptable aussi longtemps qu’elle ne s’amendera pas.

    Prescriptions criminelles
    Une grande majorité de musulmans finira par admettre cette vérité: l’islam tue. L’islam tue parce que c’est ordonné dans ses écrits liturgiques. L’islam tue toujours indûment car tuer au nom de Dieu, c’est s’opposer à Dieu. C’est enfreindre son commandement suprême. C’est commettre le mal absolu.
    Cette grande majorité de musulmans finira par ne plus supporter une telle perversion, une telle ignominie. Cette grande majorité de musulmans veut progresser. Cette grande majorité de musulmans ne veut pas sombrer dans la pathologie suicidaire des religieux immoraux et mabouls.
    La grande majorité des musulmans est bien meilleure que l’actuelle image désastreuse que donnent d’eux les religieux immoraux et mabouls. Calamiteuse image élaborée avec cynisme par les religieux immoraux et mabouls.

    Mal absolu
    Tuer au nom de Dieu est le mal absolu. Quand une religion incite à tuer au nom de Dieu, elle commet le mal absolu. Les terroristes religieux commettent le mal absolu. Dieu n’est pas un caïd qui lance des contrats. Il ne fait pas tuer des hommes par d’autres hommes. Dieu n’est pas un assassin.

    Langes souillés
    Quand une pensée s’avère caduque, elle disparaît. Son heure est venue. Les musulmans «modernes» feront ce nettoyage mental, car ils sont très en avance sur les fossiles sanguinaires.
    Aucune civilisation ne reste durablement pétrifiée dans ses langes souillés. Les musulmans «modernes» feront ce travail salutaire, à leur manière. Ne pas les mésestimer.

    Fait indéniable
    Le Coran contient des préceptes demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Le djihad est un fait indéniable, lequel s’oppose aux lois occidentales.

    Djihad seul
    Il n’y a pas de djihad chrétien ou israélite.

    Coran
    Les religieux criminels le proclament sans arrêt. En faisant le djihad, ils se conforment aux instructions coraniques demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    En Occident, chaque gouvernement a pour devoir de faire cesser ce dévoiement religieux qui transgresse les lois occidentales. Les musulmans qui veulent s’implanter en Occident doivent réformer leur islam, retirer du Coran ses préceptes homicides.

    Tueries
    Comment accepter une tuerie au nom de Dieu en Occident? Une tuerie religieuse reste une tuerie. Personne, en France, ne peut l’admettre.

    Tueries perpétuelles
    Tant que le djihad restera inscrit dans le Coran, la criminalité des religieux assassins se perpétuera. S’il ne se réforme pas, l’islam continuera indéfiniment à tuer.

    Dieu caïd
    Tuer des hommes au nom de Dieu, Le transforme en parrain, avec Ses tueurs à gages. C’est pourquoi, les recruteurs, en prison, idolâtres de l’assassinat religieux, persuadent facilement la population incarcérée. Le dieu meurtrier pour lequel ils racolent correspond au modèle terrestre des voyous: un caïd féroce. Peint, ce dieu sauvage serait entouré de lances dressées, chacune portant une tête coupée. Les marches du trône dégoulineraient de sang. Des membres tranchés d’êtres humains couvriraient le sol…

    Caution morale
    Les religieux assassins utilisent des armes: kalachnikovs, lance-missiles, etc. Mais leur arme la plus puissante est le Coran. Et dans le Coran, tout ce qui a trait au djihad. Ils emploient cette arme psychologique en tant que «caution morale». Grâce à quoi, le croyant peut commettre les pires forfaits, avec la bénédiction de l’ensemble des musulmans, lesquels vénèrent la totalité des versets coraniques, y compris, les versets criminels.
    Comment peut-on encourager le terrorisme religieux?

    Permis de tuer
    Le Coran prescrit la mort d’hommes au nom de Dieu. Cette littérature religieuse accorde donc un permis de tuer aux religieux assassins. Nier la réalité ne change pas la réalité.

    But d’une religion
    Le but d’une religion n’est pas d’inciter à tuer des hommes. Perversion de religieux mabouls. Une religion doit permettre d’élever l’âme, pas de la faire dégringoler au niveau des égorgeurs.

    Dénégation
    Les autorités islamiques nient la violence coranique. En considérant la tuerie religieuse comme «message divin», les autorités religieuses de l’islam, ipso facto, l’encouragent.

    Malhonnêteté coranique
    Voici la malhonnêteté fondamentale du Coran. Dire une chose et, plus loin, dire son contraire. Avec un tel procédé, toute argumentation devient possible. «Ne pas tuer un homme est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran. «Tuer un homme au nom de Dieu est bien»: forcément puisque cette instruction se trouve dans le Coran.
    «Tuer sans tuer tout en tuant» est une formule de sophiste. Toison de mouton dont se couvre le loup. Autrement dit: double langage, ambiguïté diabolique. Avec une euphémisation destinée au monde occidental.

    Ambiguïté diabolique
    Il faut mettre fin à l’ambiguïté diabolique du Coran qui autorise toutes les saloperies des religieux assassins. On ne peut jouer sur l’équivoque et ainsi gagner à chaque fois. Une tuerie au nom de Dieu est une tuerie. Les tueries religieuses sont interdites en Occident.

    Menteur
    Le serpent a une langue bifide. Les anciens avaient remarqué cette particularité qu’ils associèrent à la symbolique reptilienne. Ainsi désignait-on le menteur qui tient simultanément 2 discours contradictoires.

    Suspect
    Quand, dans le même livre vénéré (Coran), se trouvent mélangés la religion et des propos criminels, comment séparer les deux?
    Avec l’inquisition, tous les catholiques sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.
    Avec le djihad, tous les musulmans sont des suspects dangereux, jusqu’à son abolition.

    Mot irrecevable
    A partir du moment où la notion de djihad est ambigüe, et qu’il existe de nombreux commandements, dans le Coran, demandant de tuer au nom de Dieu, le mot djihad devient irrecevable (avec son concept, évidemment). Quand il y a mort d’homme, le double langage est inadmissible, criminel.
    Une «parole divine» incitant à tuer au nom de Dieu ne peut pas provenir de Dieu. Dieu n’est pas un tueur.

    Volonté divine
    Parler de la «volonté de Dieu» est un non-sens. Le moindre tyran de la terre qui exprime sa volonté obtient un résultat immédiat. Quand Dieu veut vraiment quelque chose, cela se fait. Si les femmes devaient réellement porter la burqa, un tissu envelopperait le fœtus féminin dès l’intérieur du ventre maternel.

    Tyrannie religieuse
    La puissance islamique réside dans sa capacité à tuer chaque contestataire. C’est pourquoi l’Etat doit infliger l’arrachage des griffes du fauve. Les foules innombrables de musulmans estimables pourront alors apparaître au grand jour.

    Terreur religieuse
    Il suffit que l’islam tue quelques contestataires pour terroriser l’ensemble des musulmans et faire régner leur ordre démoniaque. Les religieux assassins peuvent fouetter les opposants, trancher leurs membres, les lapider, les décapiter… Les musulmans estimables se taisent, courbent la tête, filent doux.

    Religion inacceptable
    Au temps de l’inquisition, les catholiques devaient trouver leur religion acceptable, mais elle ne l’était pas.
    Malgré le djihad, les musulmans trouvent leur religion acceptable, mais elle ne l’est pas.

    Vieux c…
    Les catholiques, durant l’inquisition, tuaient des hommes au nom de Dieu. Heureusement, cette folie meurtrière fait partie du passé. Mais aujourd’hui, une autre religion, jusque chez nous, continue à tuer des hommes au nom de Dieu. Ce comportement diabolique, prescrit dans sa littérature vénérée, prenant la forme d’une «guerre sainte» (contradiction désastreuse), ne peut être toléré par des êtres civilisés.
    Une religion qui lance ses kamikazes massacrer des personnes au hasard. Considérant les individus qui ne se soumettent pas à leurs dogmes obscurantistes comme des «sous-hommes», pareils aux cafards, à détruire en totalité. Des assassins mabouls, ivres de sang, se croyant investis d’une mission céleste. Ivres de puissance homicide, se prenant pour Dieu. Des suppôts du Vieux c… de la Montagne, lequel personnifie l’abjection indépassable d’une mystique dépravée.

    Soumission
    La soumission à l’autorité d’une religion tyrannique façonne les mentalités qui deviennent serviles et obséquieuses.

    Esclavage
    L’homme ne doit pas se soumettre à une religion. Ni même à Dieu. Le croyant doit seulement respecter Dieu, sans crainte. Si l’homme souscrit aux règles attribuées à Dieu, c’est librement.
    La soumission se rapporte aux esclaves. Dieu n’est pas un esclavagiste.

    Alternative des musulmans
    L’islam étant tyrannique, ses sujets sont forcés d’obéir aux autorités religieuses. Sans liberté de penser. Soumission ou condamnation à mort: alternative des musulmans.
    Dieu ne réclame aucune soumission. Respecter le divin doit se faire de son plein gré, librement.
    Esclaves musulmans, toujours zélés à Lui «lécher les pieds». Esclaves, leur vie durant, sous la menace de mort des autorités religieuses. Esclaves également terrifiés par l’enfer promis aux insoumis, inventé par des esprits névrotiques.

    Prophylaxie religieuse
    Les politiques européens doivent imposer la réforme coranique aux musulmans qui vivent en Occident. Ceux qui s’opposeront à cette hygiène religieuse devront quitter nos pays.
    Les Occidentaux ne sont pas des gentils. Ils l’ont prouvé au cours des 2 guerres mondiales. C’est dans leurs gènes. Les réflexes reviennent vite.
    Tôt ou tard, en Europe, l’islam produira partout des guerres civiles à la mode libanaise. En étant trop doux maintenant, on accepte une violence déchaînée au cours des années à venir.

    Acceptable et respectable
    Sans le djihad, l’islam deviendrait acceptable, respectable.
    Sans l’inquisition, la religion catholique est acceptable et respectable.

    Loi religieuse
    Ce qu’une loi «divine» a fait, une autre loi «divine» peut le défaire.
    Pour rendre cette loi «divine», il suffit que les autorités musulmanes se réunissent en décrétant «divin» le fruit de leur méditation.

    Pusillanimité
    La pusillanimité des musulmans majoritaires se prosternant devant les religieux criminels cessera un jour. Chaque tyrannie tombe. Les musulmans majoritaires chasseront la bande de criminels religieux qui déshonorent leur confession.

    Tyrannie renversée
    La grande majorité des musulmans comprendra, un jour, qu’elle représente une force colossale. Une force «invincible», en mesure de balayer rapidement la tyrannie des religieux immoraux et mabouls. Une force pacifique, allant vers le bien. Une force avenante, orientée vers l’unique Dieu: Dieu véritable. Dieu aimant.

    Islam humanisé
    Humaniser l’islam ne veut pas dire le détruire. Avec l’islam réformé, les terroristes perdent la caution morale que fournit le Coran à leur criminalité démoniaque. Cela fait une énorme différence. Ils entreront dans l’illégalité religieuse, déclarés officiellement tueurs sans foi ni loi.

    Pas d’islamophobie
    S’opposer à l’inquisition ne signifie pas être contre la religion catholique. S’opposer au djihad, à la criminalité des religieux assassins, ne signifie pas être contre l’islam. Pas d’islamophobie.

    Justification meurtrière
    Pour quelle raison justifier la criminalité des religieux assassins? Il faut assumer ses choix «moraux». Pourquoi cette terrorismophilie des musulmans?

    Croisades
    Les croisades sont terminées, depuis belle lurette, dans l’espace chrétien. Après le temps des croisades, les chrétiens se sont entretués pour des raisons hérétiques ou schismatiques. Ils instaurèrent puis supprimèrent l’inquisition. Ils acceptèrent la séparation de l’église et de l’Etat… Si bien qu’aujourd’hui, en Occident, toute idée de croisade est antédiluvienne. Les Français n’y pensent même plus.
    Les hommes modernes ne vivent pas avec le souvenir obsédant des massacres de leurs aïeux néandertaliens. Obsession perverse de ressusciter des spectres putrides.

    Liberté française
    Il ne s’agit aucunement de «libérer la terre sainte» mais d’empêcher, en Occident, une privation de nos libertés. Libertés sacrées, pour lesquelles tant de Français sont morts. Personne ne doit nous dépouiller de ce trésor national. Aujourd’hui encore, au prix de notre sang.

    Néo-inquisition
    L’ordre de tuer au nom de Dieu, par les autorités du christianisme, a disparu depuis des siècles. Les populations modernes de l’Occident ne toléreraient pas une «néo-inquisition». Les «curaillons» seraient pendus sans tarder. Et en procédant ainsi, la foule réagirait sainement. Qu’attendent les musulmans pour s’inspirer d’une telle conduite: chasser leurs tortionnaires religieux?

    Perversion religieuse
    Les autorités musulmanes des pays islamiques fricotent pour soutirer aux chefs d’Etats toujours plus de pouvoir. Et fouetter, exciser, trancher des membres, lapider, égorger, décapiter…

    Dictature
    Dans les pays musulmans, la solution peut venir des dictatures. Chaque chef d’Etat doit comprendre que les revendications politiques de l’islam sont fortement préjudiciables à son autorité. Grâce à l’islam réformé, les religieux seraient obligés de rester dans leurs mosquées, sans plus jamais pouvoir se mêler de politique. Ces chefs d’Etat auraient tout à y gagner. Chez eux, on sait faire peur. On sait interdire. On sait tuer. Ils ont les cartes en mains. Les fourches patibulaires ont valeur d’exemple, dirait Machiavel.

    Occident
    En Occident, nos gouvernements doivent imposer la suppression des commandements coraniques qui ordonnent de tuer au nom de Dieu. Préceptes illégaux dans nos pays. Les musulmans qui refuseraient cette mesure salutaire (préparant de futures guerres civiles chez nous), ne pourraient rester sur un territoire où l’on pense librement.

    Anti-obscurantisme
    Les Français ne sont pas prêts à retomber dans l’obscurantisme religieux. Pouvoir et religion sont contre-nature. L’argument non démontrable et non contestable ne doit avoir aucune portée sociale. Les paroles idolâtrées des prophètes, impossibles à remettre en question, ne doivent être acceptées par aucun gouvernement.

    Bouter l’ennemi
    Les religieux assassins, souteneurs du djihad, n’ont rien à faire en France, en Europe, en Occident.

    Repentir islamique
    Quand les principales autorités de l’islam se repentiront publiquement pour les apostats tués, pour les adultères lapidés, pour les voleurs amputés, pour les filles excisées, pour les enfants mariées à des adultes, pour les jeunes filles esclavagées, pour les homosexuels exécutés, pour les massacres de musulmans d’obédience différente, pour les exterminations de croyants d’une autre religion, pour les carnages d’animistes, pour les tueries de mécréants, pour les assassinats de «blasphémateurs», pour les égorgements de prisonniers, pour les décapitations d’otages…?

    Pouvoir politique
    Aujourd’hui, toutes les religions doivent abandonner leur pouvoir politique. Ce que refuse l’islam (non réformé).

    Délégation
    En Occident, le dénouement de la violence entre citoyens est délégué à la police et à la justice. Les musulmans qui ne comprennent pas cela doivent aller s’installer dans un pays islamique.

    Abandon divin
    Pour une religion, «faire le bien» revient à «ne pas faire le mal». Exemple de mal: quand ses textes officiels exhortent à tuer des hommes au nom de Dieu. Si une religion laisse, dans sa littérature vénérée, des incitations aux meurtres théologiques, Dieu l’abandonne. Comment expliquer autrement l’état pitoyable des sociétés islamiques, incapables d’attraper le train du modernisme?

    Erreurs du passé
    Le passé est indispensable pour ne pas recommencer les erreurs. Mais personne ne doit s’y réfugier piteusement, comme le font les obscurantistes musulmans qui ont peur du changement, peur de la vie.

    Régression
    Si l’homme ne se posait aucune question, la science n’existerait pas. L’«âge d’or» fabulé par des religieux simplets, impliquant la disparition des questions, mène au pire obscurantisme. La régression est l’aspiration de ceux qui renoncent à penser par eux-mêmes. Dieu n’a pas besoin d’hommes-perroquets sans cervelle.

    Réforme
    L’islam doit muer. A la faveur d’un «aggiornamento», seront retirés du Coran les préceptes abjects demandant de tuer des hommes au nom de Dieu.
    Chaque musulman suspect devra dire quel camp il choisit. Par exemple, en prêtant serment sur son livre saint, il sera invité à exprimer publiquement ses convictions au sujet de la violence religieuse. Il devra désavouer les préceptes du Coran demandant de tuer des hommes au nom de Dieu. Il exigera leur retrait.
    La communauté des musulmans honnêtes et non violents excommuniera les religieux criminels (qui ne désavouent pas les discours violents, qui les soutiennent, qui les propagent, qui commettent des crimes).
    Les excommuniés sont interdits de mosquée.
    Les religieux criminels édictent des fatwas de mise à mort. Leur excommunication sera la réponse adaptée des musulmans honnêtes et non violents.
    La terreur religieuse ne se combat pas avec de douces admonestations.
    Les préceptes criminels du Coran sont le carburant qui alimente la machine à tuer sans frein de l’islam. Tant que cette énergie noire gavera du feu satanique ses chaudières confessionnelles, celles-ci justifieront, encourageront, l’extermination, sur sa route, de tous les humains jugés «impurs».

    Disparition
    L’inquisition tuait. L’inquisition était surpuissante. L’inquisition a disparu.

    Avertissement luciférien
    Jusqu’ici, le diable pouvait mystifier les croyants niais avec sa cour de féaux revêtus d’habits religieux.
    L’heure est venue d’un changement d’époque. Naissance d’une ère nouvelle.
    Désormais, ça va barder pour les zélateurs de la violence en Son nom. Les fatwas de mise à mort et l’exhortation au «petit jihad» vont leur rentrer dans la gorge.
    Quand Lucifer «dit» de pareilles choses, il ne plaisante pas. Cela n’a rien de promesses en l’air.

    Infériorité
    Aucune grande religion n’est inférieure à une autre. Sauf quand les chefs de l’une d’elles prônent la violence et deviennent des assassins.

    Révélateur
    Leur folie meurtrière les pousse même à exterminer des croyants dans un bâtiment religieux, durant le culte.
    Seuls les domestiques humains du diable, affublés d’un costume sacerdotal ou badigeonnés de religiosité dépravée, recourent à ces abominations contre-nature.

    Succédané
    Certains zozos pas très catholiques utilisent la drogue pour abuser des égarés. Ils persuadent ces andouilles d’aller exploser au milieu d’innocents afin de faire plaisir à Dieu. Quelle arnaque de m…! C’est prendre Dieu pour un c… et Le transformer en vicelard éhonté.
    Apogée de la truanderie. Ces escrocs criminels à plumage religieux accompagnent les shoots d’une mise en scène, censée préfigurer l’éden, agrémentée de putes expérimentées. Leurs roueries.
    Dieu n’honore pas le suicide intéressé des martyres. Que dalle! Et des revendications du niquedouille venant réclamer son dû, Lucifer s’en «torche le c…» La «rétribution» qu’il lui réserve est fort déplaisante.

    Vol
    Pas de confusion: un vol criminel fait tomber, tandis que le vol aérien fait monter. Dieu sait distinguer les différentes acceptions des mots.

    Tours
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 tours ont volé en l’air et volé des vies. Lucifer leur destine un sort pire que le pire des pires. Ces faux martyrs seront vraiment martyrisés.

    Statues
    Les religieux criminels qui firent tomber 2 Bouddha colossaux, expressions du génie des hommes, appartenant au patrimoine mondial, ont volé l’humanité. Ces idolâtres de l’iconoclasme, fétichistes de la «pureté» religieuse, poussent l’impudence jusqu’à vendre chaque morceau d’œuvre d’art profané, tels des rats. Lucifer leur réserve un châtiment impitoyable.

    Affres
    Chaque religieux criminel et ses complices subissent, subiront, les pires affres que puisse ordonner Lucifer. Sa valetaille sulfureuse ne manque pas d’imagination. Leur drapeau noir deviendra rouge sang. Comme le sang des faux martyrs, mais vrais bouchers du Vieux c… de la Montagne. Engeance maintenant inutile, à extirper, sans état d’âme, d’un monde en voie de pacification.

    Suicide
    Se suicider en essayant de faire un maximum de victimes, dans l’espoir d’extorquer des faveurs à Dieu, produit l’effet inverse. On ne Le pigeonne pas. L’individu sauvage qui tente d’échanger un bien précieux contre une saloperie y perd des plumes. Beaucoup. Surcroît de malheurs, ajoutés aux peines pas encore résorbées, pour l’assassin qui attendait, avec candeur, sa rétribution en pouffes increvables et décoration jardinière réservée aux «happy few»: bernique!
    Les exhortations des gras conseilleurs, qui restent à l’abri, sont considérées pareillement criminelles par Dieu. Ces mentors ont droit au même salaire en souffrance accrue.

    Tuer
    Tuer un tueur peut être, éventuellement, justifié.
    Tuer un homme pour raison religieuse ne mérite aucune circonstance atténuante.

    Insulte
    Dieu ne demande jamais de faire mourir des êtres humains.
    Tuer un homme en Son nom est L’insulter.

    Peur de la mort
    Il n’y a pas que les assassins religieux qui dédaignent la mort. Mais eux, dans l’au-delà, ils seront b…

    Abomination
    Abomination est de tuer en Son nom pour «blasphème».
    Abomination est de tuer en Son nom pour apostasie.
    Abomination est de tuer en Son nom à cause d’une religion différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’un coreligionnaire reconnaît une filiation différente.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne pratique pas la charia, prétendument dictée telle quelle par Dieu.
    Abomination est de tuer en Son nom parce qu’on ne respecte pas une conviction définie par l’autorité religieuse.
    Abomination est de tuer en Son nom pour une quelconque raison religieuse.

    Grand changement
    Le carillon du grand changement sonne à l’horloge des temps nouveaux.

    Fin géologique
    Nous assistons à la fin géologique des résidus criminels de l’islam. Un nouvel islam naît: l’islam réformé.

    Châtiment
    Seul l’inconscient pactise avec les suppôts des «forces du mal». Ceux-ci n’ont qu’une idée en tête: démolir l’imprudent qui sollicite leur collaboration, après une période avantageuse, évidemment. On attire le gogo avec quelques succès immédiats. La suite n’a rien de drôle. Dès que les événements se gâtent, la situation empire vite. Le naïf est dépouillé de tout, salement. Nul n’évite les avatars infamants. Sans exception. Aucune parade ne pourrait déjouer le châtiment.
    A ce jeu, qui gagne perd. Toujours.
    Eternel manège: allécher l’innocent ou l’imbécile, pour ensuite les détruire, en se f… de leur g...
    Le jeu divin n’est pas une sinécure pour les tricheurs.

    Destruction
    Vénérer un bout d’os ou quelque babiole ayant appartenu à une vedette de la sphère religieuse ne procure aucun bénéfice spirituel. Il s’agit d’une sorte de fétichisme, d’idolâtrie.
    Ce n’est toutefois pas une raison pour détruire certains monuments artistiques ou des archives historiques.
    En révérant outre mesure diverses prétentions arbitraires, cette sauvagerie culturelle participe tout autant du fétichisme, de l’idolâtrie. C’est même leur forme la plus exécrable, car voulant se faire passer pour son contraire. Les agissements d’un ramassis de dangereux faux c….

    Penser
    Chacun, tout le temps, doit faire fonctionner son jugement.
    S’abandonner aux affirmations idolâtrées, impossibles à discuter, évitant ainsi l’incommodité de penser par soi-même, c’est mourir psychiquement.

    Blasphème
    Impossible de «blasphémer» Dieu, qui se trouve hors d’atteinte des gamineries.
    En réalité, celui qui s’estime offensé pense à lui avant Lui. De l’orgueil mal placé. Orgueil démesuré, toujours méprisable.
    Que serait Dieu s’Il se souciait de telles peccadilles? Seuls les fétichistes et les idolâtres réagissent de la sorte.
    Impossible de noircir le soleil.
    Rien ni personne ne peut salir Dieu, excepté le religieux assassin qui prend, s’arroge plutôt, Sa «défense» en tuant.

    Dérèglements
    Arrivant dans l’au-delà, appelé à tort «paradis», l’individu qui présente un ou plusieurs «bugs» ne change pas. L’égoïste continue à ne se soucier que de lui. L’hypocrite continue à feindre. L’ignorant continue à refuser d’apprendre. Le menteur continue à mentir. Le tricheur continue à tricher. L’arriviste continue à rabaisser les autres. Le voleur continue à voler. L’avare continue à entasser. Le criminel continue à «tuer». Le pervers continue à faire souffrir les autres. Etc.

    Asociaux
    Le «paradis» refuse les asociaux comme l’organisme humain rejette, en son sein, les corps étrangers: automatiquement.

    Anthropomorphisme
    Dieu pareil à un humain, avec des caractéristiques d’humain (jaloux, susceptible, vindicatif, sensible à la glorification et aux offrandes, méchant, irritable, courroucé, féroce, tueur…), est une vision d’être sauvage. L’homme moderne récuse l’idée d’un dieu caractériel, psychopathe.
    Bien que loin du sujet, l’analogie suivante peut éclairer notre propos: l’essaim n’a pas la nature de l’insecte ni ses qualités.

    Crédulité
    Imaginer que Dieu est sensible à la glorification et aux offrandes relève d’une superstition de primitif.
    Chaque existence humaine a pour but l’amélioration morale de l’individu. Amélioration réelle, pas une conformité aux règles religieuses qui dissimule nombre de défauts: apparence, pipeau.
    Analogie métaphorique. L’élève pilote n’obtient pas sa qualification de «vol aux instruments» en portant un beau costume, avec des louanges accompagnées d’offrandes adressés à son instructeur, lui évitant l’entraînement. Sinon, dès qu’arriverait l’orage, le brouillard ou la nuit, son appareil se crasherait.
    Dieu ne se laisse pas abuser par des singeries propitiatoires. L’«entrée au paradis», est interdite aux simulateurs.

    Islam réformé
    Djihad: mot et concept prohibés dans l’islam réformé. Le Coran est expurgé des préceptes exigeant une mort d’homme au nom de Dieu.

    Politique interdite
    Une religion qui propose des lois concernant la vie sociale fait de la politique. Une religion qui exerce un contrôle policier sur ses membres fait de la politique. Une religion qui tue des hommes au nom de Dieu fait de la politique. Une religion qui propage, soutient, le djihad fait de la politique. Une religion qui fait de la politique enfreint les lois françaises.

    Séparation
    Il s’agit, aujourd’hui, en France, de séparer la mosquée de l’Etat. Autrement dit: supprimer tout discours ou action politique provenant des mosquées. Nos gouvernements doivent obliger les musulmans à se plier aux lois françaises. Chaque musulman étant placé devant une alternative: soit il accepte l’islam réformé, soit il quitte le pays.

    Camps d’internement
    En cas d’impossibilité ou refus de quitter la France, l’Europe, chaque musulman réfractaire est enfermé dans un camp, sous la surveillance draconienne des militaires, pendant une durée illimitée. Toutefois, tout musulman réfractaire peut sortir libre, sur-le-champ, d’un tel camp d’internement, à condition de quitter immédiatement, définitivement, la France, l’Europe.

    Guerre déclarée
    Seules mesures permettant de gagner la guerre civile, en France, déjà engagée par les combattants musulmans. A leur retour des zones de combats djihadistes: c’est eux ou nous. Et ils ne font preuve d’aucune pitié. Leur mental étant infecté par un Allah dévoyé, sanguinaire, qui réclame toujours plus de morts. Victimes sacrifiées à ce Moloch affamé d’hommes, aux fureurs primitives, maquillé des peintures de guerre islamiques.

    Menaces
    Face à un monde menaçant, où se développent des pays de plus en plus puissants, à population démesurée, l’absence d’union forte de la «petite» Europe causerait son anéantissement.
    Très forte sanction financière pour le politique, le citoyen, qui s’oppose à l’élection directe du véritable chef de l’UE: poste réservé aux ex-dirigeants des Etats d’une Europe unifiée, pour le politique, le citoyen, qui s’oppose au défilé des armées de l’UE réunies, afin de commémorer la grande révolution européenne, sur les Champs-Elysées, chaque 14 juillet…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.


    Outils
    Pour réellement exister, devenir forte, l’Europe a besoin d’une langue commune, que chaque Européen doit apprendre avant toute autre langue étrangère. Cette langue utilitaire serait mise au point d’une façon internationale. Pour des raisons de commodité, elle serait formée à partir du «globish» («langue» déjà internationale). En lui greffant des «améliorations» issues d’autres langues importantes, afin de la rendre parfaitement mondiale. Son nom pourrait être «globir»: mot-valise combinant globish et sabir.
    Très forte sanction financière pour le Français, pour l’immigré, qui n’apprend pas, ne pratique pas couramment, la «langue commune» en Europe, et si possible, dans le monde entier (sabir universel non encore défini)…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.
    Point(s) rédhibitoire(s), concernant l’élève, pour l’obtention gratuite de certains biens culturels. Durée.

    Très forte sanction financière au décideur concerné qui n’engage pas rapidement l’élaboration de la «langue commune» en Europe, et si possible, dans le monde entier (sabir universel non encore défini), qui n’instaure pas rapidement cette «langue commune», qui ne rend pas obligatoire l’acquisition de cette «langue commune», à l’expert chargé de la «langue commune» dans l’UE, qui propose un langage compliqué, avec des exceptions, avec une orthographe, une syntaxe, qui n’est pas ultra-simplifiée, qui propose un langage difficile à prononcer par les principaux peuples des différents continents, qui propose un langage ne comprenant pas des emprunts aux principaux pays du monde, ne comprenant pas quelques caractères empruntés aux principaux alphabets, ne prenant pas en considération l’esthétique du parlé, l’esthétique scripturaire.., au décideur politique qui ne fait pas mettre en application un «clavier universel» pour les ordinateurs…
    Point(s) rédhibitoire(s) pour l’obtention d’un lot d’une «loterie révolutionnaire». Durée.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible 21

    Message par Tiersi le Ven 17 Oct - 14:14

    21 - Inadmissible est de soutenir activement un conflit lointain qui ne regarde pas la France.
    Que faire?

    Importation
    La France ne doit importer aucun conflit extérieur au pays: début de guerre civile.

    Camps
    A leur retour: camps d’internements drastiques pour les amateurs partis apprendre à tuer des hommes en pays étranger. Mais chaque prisonnier peut en sortir sur-le-champ, à condition de quitter définitivement la France. S’il revient, le coupable subit une peine plus pénible, dissuasive, en «camp disciplinaire». Avec durée de détention minimum incompressible.

    Tiersi

    Messages : 2722
    Date d'inscription : 22/03/2013

    Inadmissible

    Message par Tiersi le Sam 25 Fév - 7:23

    On n’emprunte pas de l’argent, sur la toile, sans vérifier l’identité des créanciers. Il y a beaucoup d’arnaques.

    Contenu sponsorisé

    Re: Inadmissible

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 22 Juil - 4:38